Analyses ETP
Typography

Les flux du marché des ETF européens ont fortement ralenti en août....


 
Marlène Hassine Head of ETF Research

Les Nouveaux Actifs Nets (NAN) se sont chiffrés à 3,2 milliards EUR sur le mois. L'encours total sous gestion des ETF est en hausse de 13% par rapport à la fin de l'année 2016, et se monte à 585 milliards d'euros, avec un effet marché positif de 1%. Malgré cette légère faiblesse, 2017 promet toujours d'être une année record, avec quelque 64,3 milliards EUR de capitaux entrants à fin août, contre 51,3 à fin août 2015, la précédente année record. Les investisseurs se sont montrés plus prudents, dans un contexte de montée du risque géopolitique et de recul des anticipations inflationnistes.

La collecte sur les ETF actions s'est tassée, à 1,2 milliard EUR. Cela peut s'expliquer, en partie, par les volumes limités des flux vers les actions développées et émergentes. La majeure partie de ces modestes flux se sont dirigés vers des économies plus solides telles que les Etats-Unis et l'Allemagne. Les ETF actions émergentes n'ont collecté que 360 millions EUR, soit moitié moins que leur moyenne pour 2017. Les ETF actions sur la région Asie-Pacifique ont enregistré une décollecte de 160 millions EUR en raison des difficultés persistantes rencontrées par le Premier ministre Shinzo Abe et par la politique des Abenomics au Japon. Pour la première fois cette année, les flux des ETF mondiaux se sont avérés négatifs à -37 millions EUR, dans un environnement moins propice au risque. Flux négatifs encore pour les ETF Smart Beta, pour le troisième mois consécutif, à -39 millions EUR. Ces sorties de capitaux concernaient néanmoins pour l'essentiel les ETF Smart Beta sur le Japon. Pour les facteurs Value et Momentum, les flux sont restés positifs à 120 et 253 millions EUR, respectivement.

Les flux entrants des ETF obligataires ont reculé à 2,1 milliards EUR, s'approchant du plus bas mensuel depuis le début de l'année observé en avril. Les investisseurs restent en quête de rendements, mais les flux se sont essentiellement dirigés vers les actifs les plus sûrs, soit les obligations d'entreprises investment grade, avec des entrées à hauteur de 897 millions EUR. Les actifs obligataires plus risqués ont fait l'objet de mouvements plus timides: les ETF dette émergente ont connu leur mois le plus faible de l'année, avec des entrées à hauteur de 268 millions EUR, alors que la décollecte sur les ETF sur obligations à haut rendement s'est chiffrée à 69 millions EUR. Du côté des bonnes nouvelles, les flux obligataires ont dépassé ceux des actions, sous l'impulsion principalement d'un rebond du segment le plus sûr de l'univers obligataire, à savoir les obligations d'Etat des marchés développés, avec 724 millions EUR de capitaux entrants. Ces dernières ont tiré parti d'un environnement de baisse des taux d'intérêt inspiré par le recul des anticipations inflationnistes et des retards dans l'annonce d'un resserrement.

Les flux sur les ETF matières premières ont plongé dans le rouge, à -126 millions EUR, signant un record à la baisse depuis le début de l'année, et ont essentiellement concerné les ETF axés sur les indices larges de matières premières.

Source: ETFWorld.fr

BondWorld.fr
AdvisorWorld.fr

Newsletter

Pour recevoir notre newsletter gratuite, inscrivez-vous ici

Ce site utilise des cookies, qui nous aident à mieux vous connaître et améliorer votre expérience de navigation. En continuant votre navigation vous acceptez leur utilisation.