ETFWorld.fr
GRAPHS 1

2 Novembre 2012: SC – Les liquidités continuent à soutenir les marchés

Sur les marchés financiers, l’euphorie liée aux interventions de longue portée des banques centrales est pour l’instant retombée. Nous nous attendons à ce que les liquidités existantes continuent à soutenir les marchés d’actions et de capitaux dans les prochains temps, c’est pourquoi nous n’apportons pas de modification à notre taux d’actions élevé malgré des données économiques faiblissantes. …. 


Enregistrez-vous pour le Newsletter sur les ETF et ETC
Cliquez ici pour recevoir votre copie gratuitement


Swisscanto Investment Update Novembre  2012


Des marges étroites en matière de politique fiscale et des réformes structurelles nécessaires de toute urgence vont demeurer un sujet pressant pour les marchés de capitaux.

Suite aux mois d’été riches en événements, la tranquillité est majoritairement revenue le mois passé sur les marchés. Un regard sur les données économiques les plus récentes montre que l’atmosphère a été momentanément meilleure que la situation. Les problèmes de la périphérie européenne n’ont connu que des ébauches de solutions. Les garanties de la Banque Centrale européenne ont pourtant eu de l’effet en fin de compte et ont permis aux emprunts d’État espagnols et italiens d’enregistrer de nouveaux bénéfices sur les cours. Nous faisons passer notre position vis-à-vis des emprunts d’État italiens de  « sous-pondérés » à « neutres ». Nous maintenons encore les emprunts espagnols à l’écart en raison de la menace persistante de perte de la note investment grade.

Perspectives macroéconomiques pour 2013 plus faibles
L’Europe traverse actuellement la faible récession attendue avec un fort écart de croissance entre les pays noyaux robustes et la périphérie en récession. L’Irlande représente une lueur d’espoir, elle a en effet fait des progrès considérables en matière de compétitivité depuis la crise financière, compétitivité qu’elle ne peut pas (encore) mettre en œuvre pour le moment au vu du faible environnement européen. Pour 2013, nous n’attendons pas pour la zone euro de retour sur la voie de la croissance, mais plutôt la poursuite de la faible récession. Les États-Unis font meilleure figure en comparaison. La reprise du marché de l’immobilier se poursuit, la confiance essentielle des consommateurs affiche des valeurs élevées, le taux de chômage baisse – toutefois pas dans l’ampleur souhaitée par le monde politique. De ce côté de l’Atlantique comme outre-Atlantique (ainsi qu’au Japon!), la même chose vaut: des marges étroites en matière de politique fiscale demeurent un sujet pressant. À l’ordre du jour de la politique fiscale du nouveau président américain, on retrouve tout en haut la circumnavigation du « fiscal cliff ». Au sein de la zone euro, les marges d’agissement de certaines nations sont toujours si étroites que presque la moitié des participants au marché pensent possible qu’un membre quitte l’union monétaire en 2013!

Les actions européennes toujours surpondérées
Le rallye des actions au troisième trimestre 2012 a contribué à réduire la forte sous-évaluation des actions. Des perspectives de bénéfices plus mauvaises ont agi dans le même sens. Durant la dernière période de référence, le momentum des bénéfices était certes à peu près intact encore – toutefois la visibilité des futurs bénéfices a diminué. En comparaison historique, les actions demeurent quand même avantageuses – surtout en Europe, c’est pourquoi nous conservons notre surpondération tactique dans des actions européennes. Dans le cas des emprunts d’entreprises, la recherche de rendements des investisseurs a entraîné des évaluations qui doivent désormais être largement considérées comme « équitables » – la phase de la sous-évaluation est ainsi terminée. Les obligations d’entreprises continueront cependant d’être recherchées comme alternative aux emprunts d’État de première classe.

Monnaies
La Banque nationale suisse poursuit son intervention sur le marché des changes pour défendre la limite inférieure du franc suisse par rapport à l’euro. Les réserves de devises de la Banque nationale suisse atteignent désormais, après conversion, 488 milliards de francs (août 2012). Notre stratégie monétaire reste en grande partie inchangée par rapport au mois précédent. Une partie de la position longue américaine est réduite au profit de dollars australiens et néo-zélandais.

Des emprunts d’entreprises plus fortement rémunérés comme alternative durable aux actions
L’énorme liquidité va probablement entraîner un nouveau renchérissement des catégories de placement liquides, même si on relève déjà aux États-Unis dans le cadre des effets du QE3 de premiers « signes d’usure ». Pour les personnes à la recherche d’une alternative aux titres à dividendes, les emprunts d’entreprises plus fortement rémunérés représentent une bonne variante, puisque leurs variations de valeur sont plus faibles en comparaison avec les actions.

Source: Swisscanto

 

Articles similaires

Swisscanto: Mai 2014 Politique de placement constante pour les actions et les obligations

1admin

Swisscanto: Avril 2014 Une légère surpondération des actions demeure justifiée

1admin

Swisscanto: Mars 2014 La croissance synchrone soutient les actions

1admin