ETFWorld.fr
GIORNALE3.jpg

4/12/08 Où vont les marchés ? Les craintes de déflation réapparaissent

Source: SGAM ETF Newsletter 

Marchés : Les rendements des bons du trésor à des plus bas historiques  Nouvelle chute des marchés actions : Les statistiques européennes, américaines ou chinoises ont pesé sur les marchés actions. Les indicateurs de confiance des chefs d’entreprise ont été beaucoup plus mauvais qu’attendu et les chiffres d’inflation ralentissement très ..

..rapidement. Le CAC 40 finit la semaine en baisse de 0,1%.

Les rendements des bons du Trésor à des plus bas historiques : Les emprunts d’Etat à 10 ans ou à 30 ans ont vu leurs rendements chuter ces derniers jours. Un plus bas historique a été atteint sur les bons du Trésor américain à 2,7% sur le 10 ans et à 3,2% sur le 30 ans. Ce mouvement, qui s’est déclenché après la décision de la Fed d’acheter massivement des titres MBS ou de la dette des agences Freddie Mac et Fannie Mae, a conduit à un aplatissement brutal de la courbe des taux, aux Etats-Unis mais aussi en Europe.

Le yen ne cesse de s’apprécier : Le processus de désendettement qui s’opère dans le système financier mondial pousse le yen à la hausse, passé sous la barre de 93 USD/JPY. Dans le même temps, l’euro se déprécie contre le dollar, étant donné les anticipations de baisses de taux directeur plus marquées en zone euro qu’outre-Atlantique.

Nette hausse des rendements sur les marchés du crédit aux entreprises : Alors que les entreprises se sont remises à émettre des titres obligataires en novembre aux Etats-Unis (50 Mds USD) comme en Europe (23 Mds EUR), les écarts de rendement avec les titres d’Etat se sont nettement élargis, battant des records inobservés depuis le début des années 1990. Les rendements annuels moyens sur les principaux indices du haut rendement sont maintenant supérieurs à 20%.

Le pétrole à 45$/b : Les pays membres de l’OPEP, réunis le 29 novembre au Caire, n’ont pas baissé leur production. Ils estiment qu’ils auront une meilleure visibilité sur l’évolution récente de l’offre et de la demande lors de leur prochaine réunion du 17 décembre. Conjuguée aux mauvaises données macro-économiques, cette nouvelle a pesé sur le prix du baril.

 

Etats-Unis : la Fed prête à intervenir directement sur les marchés obligataires

La Fed prête à influencer les taux longs : M. Bernanke, président de la Fed, a souligné que la politique économique des Etats-Unis devait « s’attaquer énergiquement » aux risques pesant sur sa croissance. Il estime que le taux cible des fed funds (1,0%) peut être encore diminué et que la Fed pourrait acheter directement des titres du Trésor ou d’agences publiques, afin de peser sur les niveaux des taux longs et stimuler la demande. En un mot, « la Fed peut appuyer la liquidité non seulement au bénéfice des établissements financiers mais également directement à celui des marchés financiers ».

La relance économique au cœur des préoccupations du Trésor : Le secrétaire au Trésor H. Paulson a déclaré que de nouveaux programmes de stimulation du crédit étaient en préparation. M. Summers, futur conseiller économique du gouvernement américain, a réitéré que l’adoption d’un programme de relance économique serait la première priorité de la prochaine administration. Celui-ci pourrait porter sur 500 Mds USD.

Les trois grands constructeurs américains réclament 34 Mds USD : Mme Pelosi, présidente de la Chambre des Représentants, a laissé entendre que le Congrès devrait approuver les plans de soutien présentés par les trois grands constructeurs américains (Ford, General Motors et Chrysler), estimés viables. Ford, GM et Chrysler demandent respectivement un prêt relais de 9, 18 et 7 Mds USD, sans lesquels ils pourraient faire faillite. Les ventes de véhicules aux Etats-Unis chutaient de 37,8% sur un an en novembre, à 7,6 millions l’an, le plus faible niveau depuis 1982.

Le NBER date le début de la récession à décembre 2007 : Le Bureau national des études économiques a annoncé que les Etats-Unis sont entrés en récession depuis décembre 2007 et que celle-ci pourrait se révéler sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale.

Nette dégradation de l’activité : L’indice ISM manufacturier s’est dégradé à 36,2 en novembre, contre 38,9 en octobre. C’est son niveau le plus faible depuis 1982. L’indice ISM composite a chuté plus lourdement que prévu à 37,3 en novembre, contre 44,4 en octobre. Cette baisse, la plus forte jamais enregistrée, ramène l’indicateur à son plus bas depuis la création de l’enquête en 1997. Les dépenses de construction ont reculé de 1,2% en octobre, mais restent tout de même supérieures au point bas de juillet dernier.

Net ralentissement des coûts salariaux : Les coûts salariaux unitaires ont ralenti beaucoup plus fortement que prévu au T3, passant de 3,6% à 2,8% l’an, en raison d’une très nette modération des salaires. A noter le très mauvais rapport hebdomadaire ADP sur l’emploi, qui fait état de 250 000 destructions d’emplois la semaine passée. 

Europe : le moral des milieux d’affaires de la zone euro au plus bas de 15 ans

Ralentissement très marqué de l’inflation en zone euro : L’inflation a ralenti à 2,1% en novembre, contre 3,2% en octobre. C’est le ralentissement le plus marqué depuis 1991. Les prix à la production ont reculé plus que prévu en octobre (-0,8%), essentiellement en raison des prix pétroliers. Sur un an, la hausse ressort à 6,3%.

Le moral des milieux d’affaires de la zone euro au plus bas de 15 ans : L’indicateur du climat des affaires est tombé à son plus bas niveau depuis 15 ans en novembre selon la Commission européenne. Les dirigeants d’entreprise font état d’une forte baisse de la production et s’inquiètent de la dégradation de leurs carnets de commandes. Les indicateurs PMI de confiance des chefs d’entreprise dans le secteur manufacturier dans la zone euro sont tombés en novembre à un plus bas depuis la création des enquêtes (en 1995). L’indice PMI manufacturier de la zone euro ressort à 35,6 (soit 4,2 écart-type en dessous de la moyenne historique). La baisse est aussi prononcée dans le secteur des services à 42,5 (soit 3,1 écart-type en dessous de la moyenne historique).

L’Espagne et la Pologne annoncent des plans de relance: Le plan espagnol, à hauteur de 11 mds EUR, concernera les travaux publics, la recherche et le développement et d’autres secteurs comme le tourisme. 8 Mds EUR seront consacrés à la création d’un fonds pour le développement d’infrastructures. Le secteur automobile bénéficiera quant à lui de 800 mln EUR. Le gouvernement polonais prépare un plan de 91,3 Mds PLN (24 Mds EUR) qui comprend des mesures destinées à améliorer la liquidité du marché interbancaire et d’autres destinées à accélérer les investissements cofinancés par l’Union européenne.

Net recul des ventes automobiles en novembre : Les ventes automobiles ont chuté de 49% sur un an en Espagne, de 29% en Italie, de 14% en France et de 17% en Allemagne en novembre. Les ventes au détail en volume ont reculé de 0,8% au mois d’octobre, ce qui porte la baisse annuelle à 2,1%.

Les prix immobilier continuent à décliner au Royaume-Uni : Selon Nationwide, les prix de l’immobilier au Royaume-Uni ont baissé de 0,4 % en novembre, soit 13,9 % sur un an. Nationwide a constaté que la plupart des banques prêteuses avaient répercuté une large part de la baisse cumulée de 275 pb du taux de base de la Banque d’Angleterre depuis décembre 2007, mais estime que le rétablissement n’est pas proche.

Asie-Pacifique : La BoJ ouvre les vannes de la liquidité

Essoufflement de l’activité en Chine : L’indice PMI de production manufacturière chinoise a enregistré en novembre un fort recul, à 38,8 points contre 44,6 en octobre. Les commandes à l’exportation ont également accusé une forte baisse.

Le Japon s’enfonce dans la récession : La production industrielle s’est contractée de 3,1% au mois d’octobre (-7,1% sur un an), pendant que les dépenses des ménages ont affiché leur huitième mois consécutif de baisse, avec un nouveau repli de 0,6%. L’inflation sous-jacente, hors produits alimentaires et énergie, a ralenti à 1,9% sur un an en octobre (contre 2,3% en septembre).

La BoJ élargit les collatéraux : La dette d’entreprise notée jusqu’à BBB est désormais acceptée comme collatéral (contre A auparavant). Cette décision s’applique jusqu’au 30 avril 2009. Selon la BoJ, cela devrait permettre de fournir de nouvelles liquidités aux banques pour près de 3 000 Mds JPY (25,5 Mds EUR).

La Banque centrale d’Australie (RBA) abaisse son taux directeur de 100 pb : La RBA a réduit son taux d’intervention à 4,25%. Depuis septembre, la RBA a baissé ses taux directeurs de 300 pb.

Articles similaires

SOURCE, une collecte record au second trimestre 2010

Falco64

Trading Ideas July 2010: Reducing the equity weight

Falco64

Trading Ideas June 2010: Staying the course

Falco64