ETFWorld.fr
GRAPHS 1

AM : Juillet 2012 Analyse en bref

Fédéralisme, union bancaire, mutualisation de la dette : quelle voie de sortie pour l’UEM ? De nombreuses solutions à la crise de la dette existent et elles permettraient, si elles étaient adoptées, de mettre fin aux difficultés actuelles… .  

 

Cross Asset Investment strategie –Amundi Asset Management Mensuel – Juillet 2012  

Document à usage professionnel exclusif


Enregistrez-vous pour le Newsletter sur les ETF et ETC
Cliquez ici pour recevoir votre copie gratuitement


 Une union bancaire, une union budgétaire, une mutualisation de la dette et un plan de relance devront, tôt ou tard, faire partie du « paysage » européen. Le sommet des 28-29 juin a grandement fait avancer le dossier, mais les Etats européens ont encore de la réticence à franchir certaines étapes pourtant cruciales.

Régime de résolution des faillites bancaires … La fin d’une époque. La CE a publié le 6 juin 2012 la proposition tant attendue de « Directive bail-in ». Ce projet couvre en réalité l’intégralité du processus de gestion des défaillances bancaires, et entend munir les États-membres et les régulateurs financiers de l’UE d’outils appropriés pour gérer les crises bancaires.

La répression financière, une nécessité pour « liquider » la dette publique. Afin d’alléger leur dette publique, certains Etats n’ont d’autres choix que de mettre en place des politiques de répression financière. Après avoir défini les différents types de répression financière, nous étudions les cas, très différents, des pays avancés les plus sûrs et le cas des pays périphériques de la zone euro.

Réallocation d’actifs des investisseurs américains : une forme de répression financière ? Les mouvements de réallocation des portefeuilles des acteurs domestiques aux Etats-Unis en faveur des titres du Trésor résultent pour partie d’un début de répression financière (politique de la Fed, poids de la réglementation) et pour partie d’une normalisation, après les excès observés dans les années 2000. Ceci dit, parallèlement, la réglementation commence probablement à produire ses effets, notamment du côté des banques et des assurances, et ce n’est qu’un début.

Espagne : quand les excès de dettes rendent inéluctable la recapitalisation des banques. Le modèle de croissance reposait sur une accumulation insoutenable de dettes privées qui a conduit à une bulle immobilière. L’éclatement de celle-ci a bouleversé la donne sur le plan macro financier (moindre croissance, créances douteuses, nécessité de désendetter simultanément les secteurs public et privé). La recapitalisation des banques s’avère nécessaire pour briser le cercle vicieux.

Fiscal cliff américain et crise européenne : attention aux phénomènes de résonance ! Si les autorités américaines ne concluent pas un nouvel accord politique, les Etats-Unis seront confrontés à un choc budgétaire majeur début 2013. Cela ne nous parait pas le plus probable et les lois budgétaires devraient être in fine prorogées. Néanmoins, la problématique budgétaire américaine peut altérer la confiance des acteurs économiques, surtout si elle vient faire écho à la crise des dettes souveraines européenne.

Indices actions de la zone euro : une approche à changements de régimes. Les marchés d’actions de la zone euro se sont fragmentés avec la crise de l’euro. Nous illustrons ici les convergences et divergences qui sont apparues depuis la création de la monnaie unique. A l’aune de ce modèle, la position relative de la France et de l’Allemagne retient l’attention. L’écart de régime identifié entre les deux pays ne devrait pas persister.

Le secteur du luxe soumis à une plus grande cyclicité à court terme. Confrontée à un ralentissement de la demande domestique en Chine et en Europe, la croissance du secteur s’appuie plus fortement sur une demande très soutenue de la part des touristes qui bénéficient en Europe d’un change favorable. Les fondamentaux du secteur demeurent attractifs et nous conseillons de renforcer une position LT en cas de repli des cours que nous estimons temporaire.

Espagne : les opérateurs électriques et gaziers sous pression. Confrontées au déficit public, à 5 millions de chômeurs et à une récession, les autorités espagnoles publient leur budget 2012, le plus austère depuis 1978. Celui-ci prévoit une réforme majeure du déficit tarifaire dans l’objectif de le supprimer à partir de 2013. Cette réforme et l’aggravation de la crise économique incitent les agences de notation à dégrader la note des opérateurs espagnols.

Marchés d’actions : valeurs européennes exposées à la croissance des pays émergents, un thème mature mais encore valable. Cet univers de valeurs est très exposé à la consommation contrairement aux indices des pays émergents, ce qui est très complémentaire d’un investissement direct sur cette zone. Malgré la maturité du cycle et au-delà d’un rebond qui serait plus profitable aux actifs les plus stressés, nous pensons que cette thématique recèle encore des atouts.

Achevé de rédiger le jeudi 5 juillet 2012


Disclaimer

Directeur de la publication : Pascal Blanqué

Rédacteur en chef : Philippe Ithurbide

Cette publication ne peut être reproduite, en totalité ou en partie, ou communiquée à des tiers sans notre autorisation. Édité par Amundi – Société anonyme au capital de 578 002 350 euros – Siège social : 90, boulevard Pasteur, 75015 Paris – Société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF n°GP 04000036 – 437 574 452 RCS Paris.

Les informations figurant dans cette publication ne visent pas à être distribuées ni utilisées par toute personne ou entité dans un pays ou une juridiction où cette distribution ou utilisation serait contraire aux dispositions légales ou réglementaires, ou qui imposerait à Amundi ou ses sociétés affiliées de se conformer aux obligations d’enregistrement de ces pays.

La totalité des produits ou services peut ne pas être enregistrée ou autorisée dans tous les pays ou disponible pour tous les clients. Les données et informations figurant dans cette publication sont fournies à titre d’information uniquement. Aucune information contenue dans cette publication ne constitue une offre ou une sollicitation par un membre quelconque du groupe Amundi de fournir un conseil ou un service d’investissement ou pour acheter ou vendre des instruments financiers. Les informations contenues dans cette publication sont basées sur des sources que nous considérons fiables, mais nous ne garantissons pas qu’elles soient exactes, complètes, valides ou à propos et ne doivent pas être considérées comme telles à quelque fin que ce soit.

 

Articles similaires

La tendance s’inverse et les ETPs sur les matières premières regagnent l’intérêt des investisseurs ETFSecurities

1admin

Regain d’intérêt pour les matières premières, notamment pour les métaux cycliques

1admin

En 2013 les ETPs sur matières premières ont connu une baisse record. Cette chute s’explique principalement par la baisse d’intérêt des investisseurs pour l’or.

Falco64