ETFWorld.fr
ASSET ALLOCATION 2

Avril 2012: Allocation d’actifs – mensuel

Perspectives macro-économiques

MOIS PRECEDENT

Amériques:

 Etats-Unis: Croissance solide fin 2011 (créations d’emplois meilleures que prévu). La Fed annonce quelle conservera des taux exceptionnellement bas jusqu’en 2014….

 

 


Cross Asset Investment strategie –Amundi Asset Management Mensuel – avril 2012 –

Enregistrez-vous pour le Newsletter sur les ETF et ETC  Cliquez ici pour recevoir votre copie gratuitement  


Document à usage professionnel exclusif


Recul de l’inflation de 3.9% en septembre à 3% en décembre … recul progressif vers 2% attendu

=> Probabilité non négligeable de réviser nos prévisions de croissance à la hausse

Amérique latine : Croissance et inflation ralentissent. Plus grande stabilisation de l’activité au Brésil grâce à l’amélioration du contexte mondial et aux effets des politiques monétaires plus accommodantes (la baisse des taux permet de contenir l’appréciation du real).

=> Favoriser les pays à croissance autonome, ayant des marges de manoeuvre de relance …

Facteurs de risque

Etats-Unis : non confirmation de la récente reprise du secteur immobilier (timide) et du marché de l’emploi (plus nette), prix du pétrole

AVRIL

Etats-Unis : Bernanke exprime ses doutes sur la pérennité de l’amélioration du marché de l’emploi … Le débat sur un QE3 n’a pas disparu, mais il y aurait cette fois-ci stérilisation. Les indicateurs de croissance sont globalement meilleurs. La hausse du prix du pétrole pourrait « mordre » sur la consommation … à suivre de près

=> Probabilité non négligeable de réviser nos prévisions de croissance à la hausse

Amérique latine : Croissance et inflation ralentissent

=> Continuer de favoriser les pays à croissance autonome, ayant des marges de manoeuvre de relance …Privilégier les facteurs domestiques à la demande externe notamment pour les pays exportateurs de matières premières.

 

Brésil: la consommation profite d’un environnement porteur. L’inflation ralentit (5.6%) et le taux de chômage (5.2%) est proche de ses plus bas historiques (atteint début des années 90). Au total, le revenu réel des ménages est en hausse contrebalançant le durcissement des conditions de crédit.

Facteurs de risque
Etats-Unis :
non confirmation de la récente reprise du secteur immobilier (timide) et du marché de l’emploi (plus nette), prix du pétrole

Brésil : impact de la baisse des taux et de la hausse des salaires sur l’inflation

MOIS PRECEDENT

Zone euro: Prévision de croissance 2012 revue à -0.2% (récession plus sévère de l’Italie et de l’Espagne). Indicateurs précurseurs allemands stabilisés. Croissance en T4 négative pour l’Allemagne et la zone euro, mais encore positive en France (consommation et investissement). Le recul du stress financier est un facteur favorable à la croissance …Mais les tensions sur le crédit bancaire se poursuivent

=> Rester en mode « risk on »

 Royaume Uni: Fort recul des anticipations de croissance (Amundi, FMI, banques …)

Russie: L’inflation reste faible et la demande interne reste relativement solide … mais la croissance fléchira sans doute plus tard dans l’année Le PIB est revenu sur les niveaux de 2008

Facteurs de risque: 

Crédit bancaire, deleveraging des banques, et crise de la dette (situation effective de la Grèce, potentiel retour de la contagion), récession au RU

AVRIL

Zone euro: Indicateurs précurseurs allemands en progression (ZEW, IfO …). Le creux d’activité a sans doute été atteint en Q1 … des banques commencent à relever leurs anticipations de croissance. Le crédit bancaire ne repart pas encore L’Espagne déçoit (deleveraging privé, banques, finances publiques, croissance …)

=> Rester en mode « risk on », mais rester sélectif (Grèce, Portugal et Espagne restent les maillons faibles)

Royaume Uni: recul des anticipations de croissance (Amundi, FMI, banques …)

Russie: L’inflation reste faible et la demande interne reste relativement solide … mais la croissance fléchira sans doute plus tard. Le PIB est revenu sur les niveaux de 2008. Le risque demeure celui d’une ré-accélération de l’inflation qui a atteint un point bas à 4%.

Facteurs de risque: Crédit bancaire et deleveraging des banques, croissance, crise de la dette (situation effective de la Grèce, élections générales en Grèce et présidentielles en France, Espagne, potentiel retour de la contagion), fléchissement de croissance plus prononcé au RU  

MOIS PRECEDENT

Asie

Japon : La dégradation de la balance commerciale ne met pas en péril le yen ou les JGB. La croissance du PIB sera de l’ordre de 1.7% en 2012

Chine : Révision en baisse des prévisions de croissance officielles (7.5% en 2012). Le ralentissement d’activité en Chine reste modéré, et la tendance actuelle est encore audessus de nos prévisions (8.4% en 2012 et 8% en 2013). Inflation chinoise au plus bas depuis 20 mois. Garder un oeil sur le prix du pétrole et des biens alimentaires Poursuite de la baisse du taux de réserves des banques (-100pb dans les 3/4 mois à venir)

=> Favoriser les pays à croissance autonome, ayant des marges de manoeuvre de relance …

Facteurs de risque: Secteur immobilier en Chine, contagion généralisée dans les EMG si extension crise dette euro

AVRIL:

Japon : La dégradation de la balance commerciale ne met pas en péril le yen ou les JGB. La croissance du PIB sera de l’ordre de 1.7% en 2012
 

Chine : La récente révision en baisse des prévisions de croissance officielles relance le débat sur l’atterrissage de l’économie chinoise. Poursuite de la baisse du taux de réserves des banques (-100pb dans les 3 à 4 mois à venir)

Asie : certaines banques centrales montrent une inquiétude plus marquée sur la croissance en  Europe que sur la croissance chinoise

=> Favoriser les pays à croissance autonome, ayant des marges de manoeuvre de relance …

Facteurs de risque: Secteur immobilier en Chine, contagion généralisée dans les EMG si extension crise dette euro

Facteurs de Risque et Stratégies d’Investissement Amundi

MOIS PRECEDENT MARS
Risque 1 :
Liquidité et santé des
banques

Facteur de risque en déclin … Malgré les décisions de Moody’s qui affectent les ratings de bon nombre de banques, rating LT et rating CT
Le risque de faillite des banques a cédé du terrain disparu

=> Accroître encore l’exposition aux dettes seniors des banques européennes (en étant sélectif)

Risque
Faible

Le LTRO a clarifié la situation sur la liquidité … mais décision à venir de Moody’s sur les ratings : un stress à venir pour certaines banques (jusqu’à 5 crans de baisse sur la notation long terme, et certaines pourraient voir leur rating court terme abaissé.
Banques françaises plutôt préservées en relatif : 2 crans maximum sur la note long terme, et note court terme P-1 conservée

=> Rester surexposé aux dettes seniors des banques
européennes … être très sélectif

Risque

faible

 
 

Risque

en
hausse

Risque 2:
Émissions
des
souverains
européens

2ème LTRO = les craintes de risque de faillite bancaire s’atténuent considérablement
Bon déroulement des adjudications … les investisseurs internationaux sont un peu plus présents et les banques espagnoles et italiennes rachètent leur dette souveraine

=> Réduction du niveau de ce risque

Risque
Faible

Bon déroulement des adjudications du noyau dur : retour des investisseurs internationaux dans certaines d’entre elles … mais le problème demeure pour des pays comme l’Espagne Les banques espagnoles et italiennes rachètent leur dette souveraine … mais les premières souffrent de la situation générale du pays et la situation se dégrade

=> Réduction du niveau de ce risque pour le noyau dur … l’Espagne pose problème actuellement et les perspectives pour le Portugal (censé revenir sur le marché dès 2013) ne sont pas
bonnes

Risque
modéré

 

Risque

en
hausse

Risque 3:
Mesures
pour contrer la
situation de crise et
risque de
contagion
plus globale

Publication en février du premier « Alert mechanism report » qui met en avant les déséquilibres internes et externes … Plus des 2/3 des pays de l’UE sont concernés

=> Les européens sont  enfin parvenus à convaincre que la Grèce est un cas à part, qui devait être traité de façon séparée. Un facteur de poids pour éviter la  contagion

Risque
Modéré
à faible
Quatre succès (… mais sont-ils  durables ?) : la Grèce a été traitée à part, sans contagion;  déconnexion des dettes souveraines et de la Grèce ; déconnexion des banques et des

 

souverains en difficulté et déconnexion des actifs risqués et des souverains en difficulté

EFSF et MSE : augmentation de la puissance de feu décidée tout récemment

=> Une embellie qui marque le pas, car résurgence de quelques risques majeurs : élections en Grèce, élections en France, Portugal et Espagne (les maillons faibles), ratings des banques

=> Rester en dehors du Portugal (maillon faible) et de la Grèce (rendement – risque non attractif, élections générales), risque sur l’Espagne en hausse, préférer l’Italie à la France

Risque
modéré

 

Risque

en
hausse



TYPE DE PORTEFEUILLE STRATEGIES d’INVESTISSEMENT d’Amundi

PORTEFEUILLES

D’ACTIONS

· Rester en mode « risk on » dans les portefeuilles d’actions … et en mode « vigilance »
· Rester sur les valeurs financières de qualité (réduction du risque de faillite)
· Risque concentré notamment dans les actions européennes et émergentes

PORTEFEUILLES

OBLIGATAIR

· Rester en mode « risk on » … et en mode « vigilance »
· Rester exposé aux dettes seniors des banques européennes (être très sélectif), et plutôt sur les parties
court terme
· Conserver de l’exposition sur les souverains périphériques hors Grèce et Portugal
· Préférer l’Italie à l’Espagne … et à la France
· Conserver le risque sur les obligations corporates

PORTEFEUILLES

DIVERSIFIES

· Maintien des surpondérations sur Actions Emergentes et US
· Maintien des surpondérations sur Crédit Européen, High Yield Européen et US
· Maintien des investissements « diversifiants » : Volatilité, convertibles…
· Accroissement mesuré des positions sur les financières européennes en étant très sélectif
· Réduction des positions sur les monétaires

Achevé de rédiger le mercredi 4 avril 2012


 

Disclaimer

Directeur de la publication : Pascal Blanqué

Rédacteur en chef : Philippe Ithurbide

Cette publication ne peut être reproduite, en totalité ou en partie, ou communiquée à des tiers sans notre autorisation. Édité par Amundi – Société anonyme au capital de 578 002 350 euros – Siège social : 90, boulevard Pasteur, 75015 Paris – Société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF n°GP 04000036 – 437 574 452 RCS Paris.

Les informations figurant dans cette publication ne visent pas à être distribuées ni utilisées par toute personne ou entité dans un pays ou une juridiction où cette distribution ou utilisation serait contraire aux dispositions légales ou réglementaires, ou qui imposerait à Amundi ou ses sociétés affiliées de se conformer aux obligations d’enregistrement de ces pays.

La totalité des produits ou services peut ne pas être enregistrée ou autorisée dans tous les pays ou disponible pour tous les clients. Les données et informations figurant dans cette publication sont fournies à titre d’information uniquement. Aucune information contenue dans cette publication ne constitue une offre ou une sollicitation par un membre quelconque du groupe Amundi de fournir un conseil ou un service d’investissement ou pour acheter ou vendre des instruments financiers. Les informations contenues dans cette publication sont basées sur des sources que nous considérons fiables, mais nous ne garantissons pas qu’elles soient exactes, complètes, valides ou à propos et ne doivent pas être considérées comme telles à quelque fin que ce soit.

Il Cs Eonia Total Return Index riflette il rendimento di un deposito che giornalmente si valorizza al tasso Eonia (Euro Over Night Index Average), un tasso calcolato come media ponderata di tutte le operazioni di prestito « dalla sera alla mattina seguente » (overnight) non garantite sul mercato interbancario da un pool di 57 primarie banche europee, determinato dalla Bce.

Il Cs Fed Funds Total Return Index riflette il rendimento di un deposito che giornalmente si valorizza al federal funds effective rate, un tasso calcolato e diffuso dalla Federal Reserve Bank of New York, che rappresenta la media ponderata per montanti dei tassi effettivamente trattati sul mercato interbancario dei fed funds per depositi overnight.

Il Cs Global Alternative Energy Index misura l’andamento di 30 grandi aziende che operano a livello globale nei seguenti settori dell’energia alternativa: gas naturale, energia eolica, solare, bioenergia/biomasse, energia geotermale/idroelettrica, celle a combustibile/batterie.

L’Msci World Index è un indice a capitalizzazione di mercato aggiustata per il flottante, composto da circa 1.700 titoli di mercati globali sviluppati: le tre principali aree geografiche sono Stati Uniti (50%), Europa (34%) e Giappone (10%).

Articles similaires

Swisscanto: Mai 2014 Politique de placement constante pour les actions et les obligations

1admin

Swisscanto: Avril 2014 Une légère surpondération des actions demeure justifiée

1admin

Swisscanto: Mars 2014 La croissance synchrone soutient les actions

1admin