ETFWorld.fr
Maes Koen

Dexia Asset Management présente ses perspectives d’allocation d’actifs pour le deuxième semestre 2013

Malgré la faiblesse des données économiques, les marchés des actions ont tenu leurs promesses au cours des cinq premiers mois de 2013. Les actifs à risque  tels que  les actifs à haut rendement, les obligations convertibles et les actions ont remporté de beaux scores pendant cette période mais ont été soumis depuis fin mai à un correctif sévère. Cinq éléments démontrent néanmoins que les marchés des actions possèdent encore un considérable potentiel de croissance, selon Dexia Asset Management (Dexia AM)…. 


Maes Koen – Dexia Asset Management


Enregistrez-vous pour le Newsletter sur les ETF et ETC
Cliquez ici pour recevoir votre copie gratuitement


Le contexte économique
L’évolution des marchés  des actions a été, au cours des six derniers mois écoulés, fortement dépendante du contexte économique. Aux États-Unis, cette dynamique économique s’est révélée nettement meilleure que dans la zone euro. De ce fait, les performances du marché américain ont été nettement supérieures à celles du marché européen des actions. Dexia AM considère que, à moyen terme également, l’évolution boursière restera en ligne avec l’évolution de l’économie. À l’examen des indices PMI (principaux indicateurs économiques) de la zone euro, nous avons récemment constaté une évolution positive, même dans la périphérie, ce qui vient confirmer notre vision : un creux suivi d’un rétablissement des données économiques à la fin du deuxième semestre. « La dynamique économique est plus importante que les  statistiques », assure Koen Maes,  Responsable de la stratégie d’allocation d’actifs. « Un creux dans l’économie ou un rétablissement limité peut déjà apporter un solide support au marché des actions. »
L’impact des marchés des matières premières
La faiblesse des marchés des matières premières n’est, selon Dexia AM, pas un signe de faiblesse pour les marchés des actions. Le lien que l’on pouvait établir ces dernières années entre l’évolution des marchés des actions et celle des matières premières a disparu. À l’origine de cette évolution figurent essentiellement les éléments fondamentaux des matières premières elles-mêmes. De nombreuses matières premières, surtout des métaux industriels comme le cuivre et le nickel, présentent pour les deux années à venir une offre excédentaire qui les rend vulnérables à une baisse de la demande. De plus, les tendances au ralentissement de la croissance économique chinoise ont exercé un profond impact négatif sur la croissance attendue de la demande de matières premières. Le correctif apporté aux marchés des matières  premières n’exerce donc qu’un impact limité sur l’évolution des marchés des actions et ne remet pas en question  le scénario global de croissance de Dexia AM.
Le succès des banques centrales
La revalorisation des marchés des actions doit naturellement être attribuée en grande partie à la souplesse de la politique monétaire des banques centrales. La cohérence entre le bilan de la Fed et le S&P 500, par exemple, est frappante. « Cette politique monétaire souple va être maintenue au cours des trimestres à venir »,  déclare Nadège Dufosse, stratégiste allocation d’actifs. « Tabler sur une hausse sensible des taux est encore prématuré. Le niveau de chômage est encore trop élevé et l’inflation se maintient à un niveau relativement modeste. » Nadège Dufosse part du principe que la Fed va rester prudente et se montrer pragmatique dans l’évolution de sa communication. Dans la foulée, la banque centrale du Japon va être dans l’obligation de bien communiquer pour conserver sa crédibilité, après le succès remporté par le lancement de ses règles massives d’assouplissement. En outre, la Banque Centrale Européenne pourrait appliquer elle aussi une politique monétaire plus agressive, si les conditions du marché l’exigent. Les marchés des actions pourraient donc bénéficier encore pendant quelque temps du soutien des banques centrales.
Les rotations attendues
Dans un environnement où les taux sont faibles, la recherche de bons rendements reste à l’avantage des actions (et des segments obligataires) qui offrent un rendement attractif. « Le contexte économique est cependant trop faible pour donner lieu à une rotation réelle des obligations vers les actions »,  souligne Koen Maes. « C’est pourquoi nous ne prévoyons pas à court terme une grande rotation entre les diverses classes d’actifs.»
De plus, une véritable rotation durable entre divers secteurs d’actions n’est pas encore d’actualité. Les investisseurs vont continuer à accorder leur préférence à une sélection de titres. L’absence d’une grande rotation vers des secteurs plus cycliques par rapport aux secteurs défensifs est, pour le moment, adaptée au contexte actuel de faible croissance économique et de liquidité élevée.
Une valorisation attractive
On établit souvent une comparaison entre la bonne santé de l’économie et les entreprises. À l’heure actuelle, la santé des entreprises n’est pourtant pas à comparer avec celle de l’économie. Le niveau global d’endettement des entreprises s’est réduit de façon significative et la marge opérationnelle n’a jamais été aussi élevée aux États-Unis.
En outre, de nombreuses entreprises sont encore considérées comme très attractives dans un tel contexte. La valorisation des marchés des actions est loin d’être excessive et leur potentiel de croissance reste significatif. Les ratios actuels cours-bénéfice restent attractifs, tant aux États-Unis qu’en Europe. Une normalisation du contexte économique et un retour aux niveaux de valorisation de 2003-2007 montrent qu’il existe encore un considérable potentiel de croissance pour les marchés des actions. Nous avons remarqué de surcroît que le rendement attendu en termes de dividende sur les marchés des actions est toujours extrêmement élevé par rapport aux taux pratiqués sur les obligations d’entreprises.
Stratégie
Dans un tel contexte, la stratégie  de Dexia AM,  pour le deuxième semestre de cette année, est la suivante :
– Prise en considération des actions
La  vision stratégique  de Dexia AM  est positive à l’égard des actions. Le contexte actuel reste favorable aux actifs à risque. Les banques centrales continuent à apporter leur soutien aux liquidités sur les marchés. La recherche de rendement et de croissance devrait en outre continuer, dans les mois à venir, à soutenir les marchés des actions, eu égard notamment à leur valorisation attractive et à leur positionnement propice aux investisseurs. De plus, un rebond dans l’économie de la zone euro pourrait offrir un support supplémentaire aux marchés.
– Prise en considération de la zone euro et du Japon
Sous l’angle régional, Dexia AM donne la préférence à la zone euro par rapport aux États-Unis. La zone euro est considérée comme plus attractive et devrait, au deuxième semestre de cette année, pouvoir tirer parti d’une stabilisation de sa situation économique. Le potentiel de croissance de la zone euro est plus élevé que celui des États-Unis.
Par ailleurs, Dexia AM donne également  la préférence à une prise en considération du Japon par rapport aux pays émergents. La dynamique économique est nettement meilleure au Japon. De plus, cette région peut encore  tirer parti des mesures massives d’assouplissement qu’a lancées la banque centrale pour stimuler l’inflation et la croissance économique. En outre, le Japon est hautement valorisé et peut tirer parti de la forte dynamique de profit de ses entreprises.
Toujours positif pour la dette émergente et pour les hauts rendements
Dans le domaine des obligations, Dexia AM est plus négatif pour les États-Unis que pour la zone euro et persiste à opter pour les hauts rendements  en termes de degré d’investissement. Les titres de créance issus des pays émergents sont de nouveau attractifs après le correctif intervenu récemment. Le segment des obligations tire toujours profit du soutien en liquidités émanant des banques centrales et de la recherche de rendement et de  diversification. En outre, les pays émergents restent fondamentalement  meilleurs  par rapport aux pays développés. Leur niveau d’endettement est sensiblement inférieur et leur évolution démographique est plus favorable.
En annexe : Opportunités d’investissement dans des actions européennes, selon Geoffroy Goenen, Responsable actions européennes chez Dexia Asset Management


Dexia Asset Management

 

Articles similaires

Swisscanto: Mai 2014 Politique de placement constante pour les actions et les obligations

1admin

Swisscanto: Avril 2014 Une légère surpondération des actions demeure justifiée

1admin

Swisscanto: Mars 2014 La croissance synchrone soutient les actions

1admin