ETFWorld.fr
GRANO 2

Matières premières : qui va devoir payer la note ?

Dans un contexte de faible croissance des pays développés où les hausses de matières premières seront difficiles à répercuter du fait de la persistance d’un chômage élevé, l’exposition des différents secteurs aux matières premières ainsi que leur pricing power s’avéreront clé pour l’évolution des marges en 2011…..


Cross Asset Investment strategie –Amundi Asset Management

Mensuel – Janvier 2011


Document à usage professionnel exclusif


Sept secteurs plus exposés a priori…

Afin d’identifier les secteurs les plus consommateurs en matières premières, nous sommes partis de la Comptabilité nationale et notamment du Tableau des Entrées Intermédiaires (TEI) de l’INSEE, qui synthétise les entrées/sorties au niveau des branches de l’économie. Cette démarche, plus rigoureuse qu’une approche bottom up empirique, comporte néanmoins des biais puisqu’elle inclut des sociétés non cotées et se limite au cas français. Mais ces limites ne sont pas majeures. En moyenne, le poids des matières premières liées à l’énergie, aux minerais, aux métaux et aux produits d’origine agricole, représente un tiers de l’ensemble des consommations intermédiaires et 16% de la production. Le TEI nous permet d’identifier d’emblée les secteurs les plus exposés comme l’Alimentation, les Services Collectifs, les Matériaux, mais aussi les Semi-conducteurs et l’Automobile. A l’inverse, les Services sont naturellement très peu touchés, à l’exception des Transports, gourmands en énergie ou de la Restauration, sensible aux denrées.

… Mais le pricing power sera déterminant

Le second facteur à prendre en compte est le pricing power, car c’est le plus simple moyen de pallier la faiblesse de la demande des pays riches et les hausses de prix des matières premières. Les analystes financiers d’Amundi ont scoré le pricing power des secteurs concernés sur une échelle de 1 à 10, la meilleure note étant attribuée au Tabac (8) et la moins bonne aux Equipementiers (2). Cependant, au sein d’un même secteur MSCI, des sous-secteurs peuvent avoir un pricing power très différent, comme c’est le cas dans l’Automobile entre les Equipementiers (2) et les Pneumaticiens (7) ou dans les Matériaux entre les Aciéristes (3) et les Matériaux de construction (7). Il en est de même pour l’exposition aux matières premières. C’est pourquoi, l’analyse doit être suffisamment fine. Nous avons donc éclaté les 7 secteurs exposés a priori en 14 sous-secteurs. Au final, en combinant ces deux critères, les secteurs les plus à risques sont :

Les sidérurgistes – mais pas les miniers ni les cimentiers au sein du même secteur MSCI – pris entre les exigences du cartel des mines et celles des constructeurs ;

L’alimentation – mais pas la boisson ni le tabac – sensible au coût des intrants agricoles et plus aisément bridée par la grande distribution du fait de sa moins grande concentration que le secteur des boissons ;

Les services collectifs, en principe des quasi-monopoles mais qui, faiblement délocalisables, encourent un risque de relèvement des taxes, se rajoutant parfois à celuim de l’administration des prix ;

Les équipementiers – mais dans une bien moindre mesure les constructeurs et les pneumaticiens – qui, bon gré mal gré, doivent générer des gains de productivité de 3 à 5% par an, ce qui est encore plus complexe dans un contexte de faible croissance et dehausse des prix des matières premières.


Disclaimer

Directeur de la publication : Pascal Blanqué

Rédacteur en chef : Philippe Ithurbide

Cette publication ne peut être reproduite, en totalité ou en partie, ou communiquée à des tiers sans notre autorisation. Édité par Amundi – Société anonyme au capital de 578 002 350 euros – Siège social : 90, boulevard Pasteur, 75015 Paris – Société de gestion de portefeuille agréée par l’AMF n°GP 04000036 – 437 574 452 RCS Paris.

Les informations figurant dans cette publication ne visent pas à être distribuées ni utilisées par toute personne ou entité dans un pays ou une juridiction où cette distribution ou utilisation serait contraire aux dispositions légales ou réglementaires, ou qui imposerait à Amundi ou ses sociétés affiliées de se conformer aux obligations d’enregistrement de ces pays.

La totalité des produits ou services peut ne pas être enregistrée ou autorisée dans tous les pays ou disponible pour tous les clients. Les données et informations figurant dans cette publication sont fournies à titre d’information uniquement. Aucune information contenue dans cette publication ne constitue une offre ou une sollicitation par un membre quelconque du groupe Amundi de fournir un conseil ou un service d’investissement ou pour acheter ou vendre des instruments financiers. Les informations contenues dans cette publication sont basées sur des sources que nous considérons fiables, mais nous ne garantissons pas qu’elles soient exactes, complètes, valides ou à propos et ne doivent pas être considérées comme telles à quelque fin que ce soit.

 

 

 

 

Articles similaires

La tendance s’inverse et les ETPs sur les matières premières regagnent l’intérêt des investisseurs ETFSecurities

1admin

Regain d’intérêt pour les matières premières, notamment pour les métaux cycliques

1admin

En 2013 les ETPs sur matières premières ont connu une baisse record. Cette chute s’explique principalement par la baisse d’intérêt des investisseurs pour l’or.

Falco64