ETFWorld.fr
GIORNALI6

Où vont les marchés ?Le plan Geithner ne rassure pas les marchés.

Rally des marchés obligataires

 

Nouvelle baisse des marchés actions :  Les annonces du secrétaire d’Etat au Trésor américain Geithner ont été jugées peu précises par les investisseurs. En particulier, elles n’ont pas répondu… aux inquiétudes sur les délais de mise en œuvre des mesures publiques pour améliorer la solvabilité du système financier. M. Geithner a souli-gné que la résolution de la crise prendrait du temps (plus d’une année). Les principales bourses ont alors reperdu l’ensemble des gains réalisés avant l’annonce.

 

Baisse des taux longs : En début de semaine, les taux des emprunts d’Etat avaient nettement augmenté en raison des doutes sur la politique d’achat de bons du Trésor par la Fed. Après la déception du plan Geithner, les marchés obligataires ont rallié. Les taux  longs allemands  baissent de 18 pb sur la semaine.

Etats-Unis : Le plan de relance adopté par le Sénat

Près de 600 000 emplois détruits en janvier : 598 000 emplois salariés non agricoles ont été détruits en janvier selon l’enquête auprès des entreprises. Dans le même temps, le taux de chômage a grimpé de 7,2 à 7,6%. La détérioration du marché du travail est sensible et plus forte qu’anticipé. En conséquence, les gains de productivité ont nette-ment progressé au quatrième trimestre (+3,2% t/t en rythme annualisé) Malgré la détério-ration du marché du travail, le salaire horaire nominal s’inscrit en hausse (0,3 % sur le mois et 3,9 % sur un an). A noter le rebond de l’indice ISM non manufacturier du mois de janvier, qui reste toutefois très déprimé.

Un plan de relance de 838 Mds USD adopté par le Sénat : Le Sénat a approuvé le plan de relance (838 Mds USD) qui comporte des baisses d’impôts (293 Mds USD) et des dé-penses d’investissement (545  Mds USD). Selon l’administration américaine, ce plan de-vrait créer ou sauvegarder un peu moins de 4 millions d’emplois sur deux ans. Le prési-dent Obama devrait promulguer le plan dans les prochains jours, après que la Chambre des représentants et le Sénat aient revoté un texte de compromis.

Le plan Geithner pour améliorer la solvabilité du système financier : Le secrétaire d’Etat au Trésor Geithner a présenté son plan de sauvetage du système financier baptisé « Financial Stability Plan ». Ce plan vise trois objectifs : « relancer le crédit », « nettoyer et renforcer les banques » et « fournir une aide vitale pour les propriétaires immobiliers et les petites entreprises ». Il comporte trois principales mesures. 1) un fonds à capitaux mixtes publics-privés sera doté d’au moins 500 Mds USD pour reprendre les actifs douteux des bilans des banques. Les fonds de ce partenariat public-privé, dont on ne connaît pas encore les modalités de fonctionnement, pourront monter par la suite jusqu’à 1 000 Mds USD. 2) Un fond nommé « Financial Stability Trust » pourra injecter du ca-pital dans les établissements financiers, après qu’ils se soient soumis à des tests (« stress tests ») menés par les organismes de régulation. Ces tests permettront dévaluer les besoins éventuels en capital que l’Etat devra apporter pour consolider leurs bilans. En contrepartie d’une prise de participation par l’Etat, les établissements devront accepter une série de restrictions (dividendes, rémunération des dirigeants…). 3) Programme « Consumer and Lending Initiative » de 1 000 Mds USD pour relancer la titrisation. Il s’agit d’une extension du programme TALF (Term Asset-Backed Securities Loan Facility) qui débute en ce moment et permet à la Fed de prêter aux détenteurs de produits de titri-sation, adossés à des crédits aux PME ou aux consommateurs. Il s’agit d’aider les banques à relancer la titrisation qui représentait jusqu’à 40% des sources de financement des prêts bancaires. Ces trois dispositifs sont complétés par un dispositif de 50 Mds USD spécifique au marché immobilier.

Europe : Forte contraction de l’industrie

Statu quo de la BCE : Comme attendu, la BCE a maintenu le 5 février son principal taux directeur à 2%. Le président du Conseil des gouverneurs, M. Trichet, a laissé entendre qu’une baisse de taux de 50 pdb était possible en mars. M. Trichet exclut toujours le re-cours à une politique de taux zéro, sans s’exprimer sur les raisons d’un tel choix. En ma-tière de mesures non conventionnelles, la BCE semble vouloir se limiter à sa politique de gestion souple de la liquidité interbancaire, sans recourir à un politique quantitative qui consisterait à acheter des titres. Toutefois, la BCE « n’exclut rien à ce stade ».

La BoE et la Banque centrale de Suède ramènent leur taux directeur à 1 % : Comme prévu, la Banque d’Angleterre (BoE) a abaissé son taux directeur de 50 pb à 1 % le 5 fé-vrier, soit un nouveau record historique. La BoE reconnaît qu’il existe un risque non négli-geable de voir l’inflation rester significativement en dessous de la cible de 2 % à moyen terme et n’écarte pas de nouvelles baisses de taux dans les mois à venir. Par ailleurs, la BoE a décidé d’acheter des titres obligataires de maturité courte (certificat de dépôt, pa-pier commercial) noté en catégorie Investment grade. La BoE entend ainsi injecter direc-tement des capitaux dans l’économie, sans passer par le système bancaire. En Suède, la banque centrale a baissé son taux directeur de 2 à 1%.

Durcissement des conditions de crédit en zone euro : Selon l’enquête de la BCE auprès des établissements de crédit, au quatrième trimestre, 64% des banques ont durci les conditions de crédit auprès des entreprises. De même, l’accès au financement des crédits immobiliers a été resserré (41% des établissements) ainsi que pour les crédits à la consommation (42% contre 30% au troisième trimestre). On note cependant une plus fai-ble proportion entend durcir les conditions de crédit le prochain trimestre.

Forte contraction de l’activité industrielle en Allemagne : La production industrielle allemande a chuté au quatrième trimestre de près de 7 % t/t, soit la plus forte baisse ja-mais enregistrée. La production industrielle se contracte également fortement en France (-11,1% sur un an) et en Italie (-12,2%). La demande externe adressée à l’industrie alle-mande reste faible : les exportations allemandes ont accusé un recul marqué en décem-bre (-3,7% m/m), après une chute record en novembre et les carnets de commandes en provenance de l’étranger ont chuté de 12,7% a/a en décembre.

Plan de soutien au secteur automobile français : L’État français prêtera environ 6 Mds EUR à 5 ans à un taux d’intérêt (révisable) de 6%. Le prêt s’applique aux deux principaux constructeurs automobiles et à leurs filiales de crédit. En échange, les constructeurs s’engagent à préserver les emplois en France.

Reste du monde : Inquiétudes sur la Russie s’amplifient

Craintes sur le remboursement de la dette externe privée russe : Des interrogations sont apparues sur la capacité des entreprises russes à refinancer leur dette externe. Si le gouvernement était amené à aider les entreprises à couvrir leur dette, cela signifierait probablement la vente de réserves de change de la banque centrale russe, réserves qui sont quasi-exclusivement en euros. C’est l’une des raisons pour laquelle l’euro a été sous pression cette semaine.

Source: SGAM ETF Newsletter

 

 

Articles similaires

SOURCE, une collecte record au second trimestre 2010

Falco64

Trading Ideas July 2010: Reducing the equity weight

Falco64

Trading Ideas June 2010: Staying the course

Falco64