ETFWorld.fr

Quelle est la probabilite que l’inattendu se produise en 2016 ?

L’environnement économique et de marché pour l’année prochaine devrait bénéficier aux actions, en particulier au Japon et dans la zone euro en raison des politiques de taux d’intérêt bas adoptés par les banques centrales; de plus, le marché immobilier japonais devrait afficher une bonne performance…….


{loadposition notizie}

Paul Jackson, responsable de la recherche Multi-Asset chez Source


Ces perspectives sont basées sur le scénario le plus probable pour 2016 établi par l’équipe de recherche Multi-Asset de Source, l’un des fournisseurs de produits négociables en Bourse (ETP) leader en Europe. La dernière publication de l’équipe de recherche explique également pourquoi le secteur obligataire pourrait sous-performer en 2016, à l’exception éventuellement du segment « high yield » américain à duration courte.

Les performances économiques divergentes devraient engendrer une croissance mondiale modérée et une inflation basse, pour lesquelles les prévisions du consensus pour 2016 s’établissent respectivement à 3,4 et 3,2 %. L’équipe de recherche Multi-Asset table sur la poursuite de l’expansion économique aux États-Unis, une stabilisation en Chine et dans la zone euro et la baisse continue des prix des matières premières. Du coté des actions, les titres « value » ainsi que le secteur financier devraient être les grandes gagnants dans ce contexte, tandis que les secteurs tels que les biens de consommation de première nécessité, la santé et la technologie pourraient rester à la traîne.

Paul Jackson, responsable de la recherche Multi-Asset chez Source, déclare : « nous estimons que ce scénario a 40 % de chance de se réaliser, mais nous savons par expérience que les situations évoluent souvent de manière inattendue et affectent la suite des événements. C’est même quasiment automatique. Nous envisageons donc un certain nombre de scénarios et attribuons à chacun une probabilité de se concrétiser. Nous pensons qu’en dehors du scénario de base, l’issue la plus probable est d’assister à un contexte de « déflation bénigne » (croissance forte/déflation), principalement causé par les prix moins élevés des matières premières. Nous attribuons une probabilité de 25 % à ce deuxième scénario qui, fait intéressant, devrait également être bénéfique aux actions. »

Paul Jackson estime qu’il y a plus de chances d’observer un scénario positif que le consensus ne veut le croire, ce qui vient appuyer la préférence de l’équipe pour les actions et les actifs similaires.

Voici quelques-unes des thématiques clés sur lesquelles le marché portera son attention en 2016 :

Stabilisation ou non en Chine ;

Le rythme de relèvement des taux d’intérêt par la Réserve fédérale et la Banque d’Angleterre, et les signes éventuels de ralentissement de l’activité en découlant ;

L’éventualité d’un renforcement des politiques d’assouplissement de la BCE et de la Banque du Japon ;

Les élections présidentielles aux États-Unis ;

La sortie potentielle du Royaume-Uni de l’UE ;

L’impact des Jeux olympiques de Rio et des prix des matières premières sur le Brésil et d’autres pays émergents.

En ce qui concerne les scénarios négatifs, Paul Jackson est d’avis que la « dépression » constitue l’éventualité la plus redoutée par le marché, scénario catastrophe conjuguant récession et déflation auquel l’équipe de Source attribue une probabilité de 20 %. Dans une telle configuration, les actions devraient sous-performer, tandis que les valeurs refuges comme l’or et les emprunts d’État se comporteraient mieux.

Au vu de l’éventail de scénarios possibles à prendre en compte, parfois plus favorable à certains actifs plutôt qu’à d’autres, l’équipe dégage des conclusions d’ensemble pour permettre de déterminer plus finement ses choix d’investissement. Paul Jackson ajoute : « en ayant recours à une approche pondérée selon la probabilité, nous obtenons un résultat globalement similaire à notre scénario de base, si ce n’est que les performances escomptées sont moindres. Cela s’explique par le fait que nous accordons une plus grande probabilité à un résultat positif, mais que nous jugeons l’ampleur des chocs baissiers potentiellement plus forte. Bien que nous soyons pleinement conscients des chocs potentiels à venir, nous pensons que les investisseurs devraient continuer de tirer parti de leur exposition aux actions en 2016. »

Source: ETFWorld.fr

Articles similaires

Amundi Cross Asset Investment Strategy : 2016 et au-delà

Falco64