ETFWorld.fr

SPDR : La quête de rendement se poursuit du côté de la dette émergente

Lesne Antoine SPDR ETF

SPDR : À l’horizon 2020, nous continuons de nous attendre à ce que la dette en devises locales des marchés émergents (EM) affiche de belles performances, comparée à d’autres stratégies. ..

Inscrivez-vous pour recevoir les Newsletters gratuites de ETFWorld.fr


Antoine Lesné, Responsable de la Recherche et de la Stratégie de SPDR


Avec une éventuelle première étape d’accord commercial entre la Chine et les États-Unis qui se profile à l’horizon, un certain nombre de facteurs de soutien convergents pourrait soutenir les expositions de dette émergente :

le différentiel de croissance économique entre pays développés et émergents (les pays émergents devant rebondir à 4,6% de croissance en 2020 contre 1,7% pour les économies développées d’après State Street Global Advisors) ;

les politiques accommodantes des banques centrales des pays émergents et développés – ces dernières réinjectant des liquidités dans le système ;

une inflation plus faible au sein des émergents, qui entraîne de facto une augmentation du différentiel de rendement réel, soutenant les flux d’investisseurs à destination des EM,

• les devises émergentes sous-évaluées par rapport au dollar américain (actuellement c. 5,6% sous-évalué pour l’indice Bloomberg Barclays EM Local Currency Liquid Government Index).

Parmi tous les facteurs cités, celui de la monnaie demeure néanmoins le plus complexe.

La couverture complète des devises émergentes reste onéreuse car le différentiel de taux court par rapport à l’euro reste assez élevé (4,1%). D’un point de vue pratique enfin, plus de 50% de l’indice n’est accessible que via des contrats à terme non livrables (non deliverable forwards), qui doivent posséder un collatéral en contrepartie dans le cadre de la réglementation EMIR.

Chaque affaiblissement du dollar américain a historiquement conduit à des flux en direction de la dette émergente.

Au cours des derniers mois, les commentateurs de marché ont commencé à appeler de leurs vœux la fin de « l’ère du dollar ». Mais un dollar plus faible affecte potentiellement les investisseurs investis en EUR. Pour cette raison, nous pensons qu’une couverture contre un éventuel affaiblissement de l’USD par rapport à l’euro pourrait profiter aux investisseurs, tout en leur permettant de profiter de l’appréciation de la monnaie émergente par rapport à l’USD.

Le différentiel de taux court EUR-USD est d’environ 2,7%. En termes de coûts d’assurance, cela équivaut à une prime mensuelle de 0,23% pour se couvrir contre un mouvement potentiel de plus de 5% sur le couple EUR-USD. Dans le modèle d’évaluation des devises de State Street Global Advisors, à 1,10, l’EUR était d’environ c. 11% sous-évalué par rapport à l’USD à long terme.

SPDR, en partenariat avec Bloomberg, a introduit une nouvelle méthodologie de couverture de change sur le marché des ETF, qui ne couvre que la performance du dollar contre l’euro et non les devises sous-jacentes contre l’euro.

A aujourd’hui, l’ETF SPDR Bloomberg Barclays Emerging Markets Local Bond UCITS est le seul ETF existant doté de cette approche de couverture. Il permet ainsi aux investisseurs d’exploiter pleinement le potentiel de la dette en monnaie locale pour les pays émergents en 2020.

Source: ETFWorld.fr

Articles similaires

SPDR Strategy Espresso: Un retour aux actions des marchés émergents ? 

1admin

SPDR Strategy Espresso: Nos conseils (TIPS) pour se protéger contre l’inflation

1admin

SPDR Strategy Espresso: 2020 ou le regain (du secteur) de l’énergie

Webmaster