ETFWorld.fr
SPDR ETF

SPDR Strategy Espresso: 2020 : une nouvelle année porteuse pour les ETFs européens

SPDR : 2020 : contre toute attente, une nouvelle année porteuse pour les ETFs européens.

Inscrivez-vous pour recevoir les Newsletters gratuites de ETFWorld.fr


SPDR / Strategy Espresso


• Les ETFs domiciliés en Europe ont enregistré 118 milliards de dollars d’entrées nettes en 2020, grâce aux actions européennes en particulier qui ont connu un second semestre spectaculaire en collectant 63 milliards de dollars entre juillet et décembre 2020.

• Les titres obligataires ont capté près de 38 milliards de dollars en 2020. Deux facteurs de soutien fort à la classe d’actifs : les titres obligataires ont preuve de résistance aux chocs tout en servant d’outil de fixation des prix des actifs sur le marché pendant la crise.

• Les expositions aux métaux précieux ont enregistré 15 milliards de dollars d’entrées nettes alors que le prix de l’or atteignait des sommets historiques en 2020.

Les flux sur les ETFs ont reflété le sentiment du marché tout au long de 2020

Les ETFs domiciliés en Europe ont connu une forte croissance en 2020, avec 118 milliards de dollars d’entrées nettes, soit presque autant qu’en 2019 (125 milliards de dollars). Si le montant total de la collecte sur les ETFs européens fut somme toute assez similaire à l’année qui précédait, la grande évolution à noter résidait sur l’inversion des deux principaux moteurs de collecte de la classe d’actifs par rapport à l’année précédente.

En 2020, les actions sont en effet devenues le moteur principal de collecte (54 % des entrées nettes avec 63,6 milliards de dollars), tandis que les titres obligataires captaient 32 % de l’ensemble des flux sur les ETFs européens (soit 38 milliards de dollars) et passaient en 2nde position.
Les expositions aux matières premières ont augmenté de 15,9 milliards de dollars, principalement sous l’effet des expositions à l’or, le métal précieux ayant atteint des sommets historiques dépassant les 2 000 dollars l’once au début de l’année 2020.

De manière générale, on peut dire que l’évolution des flux vers les ETFs a reflété la performance et le sentiment du marché tout au long de l’année :

Après un mois de janvier dynamique puis des flux modérés mais toujours positifs en février, nous avons assisté à des sorties nettes sans précédent, de l’ordre de 23 milliards de dollars lorsque les marchés se sont effondrés en mars. Simultanément, les expositions aux métaux précieux ont commencé à bénéficier d’entrées nettes massives, les investisseurs recherchant des actifs historiquement réputés pour leur caractère « défensif » et sécurisant. Une fois la situation stabilisée, nous avons dans un premier temps constaté d’importants flux d’investissement vers les expositions obligataires, sur fond de poursuite des investissements sur les métaux précieux au deuxième trimestre. La seconde moitié de l’année a quant à elle été marquée par un retour spectaculaire des actions, qui ont enregistré des entrées nettes de 63 milliards de dollars depuis juillet, alimentées notamment par la hausse des cours des actions. Les nouvelles concernant l’arrivée prochaine de vaccins anti-COVID sur le marché ont accéléré cette tendance sur les flux et ont simultanément déclenché certaines sorties sur les métaux précieux, les marchés recommençant à prendre beaucoup plus de risque.

12-01-21 SPDR ESPRESSO

Les investisseurs en actions se sont « mondialisés », avec toujours une préférence vers les États-Unis et l’Union européenne

En termes géographiques :

Les expositions mondiales ont dominé les flux en 2020, attirant à elles seules 36 milliards de dollars – soit plus de la moitié de toutes les entrées nettes enregistrées sur l’ensemble de la classe d’actifs Actions.
Les investisseurs qui n’ont pas opté pour ces expositions mondiales, ont quant à eux préféré les États-Unis à l’Europe et au Royaume-Uni (notamment en raison de confinements moins stricts outre-Atlantique et du fait des fortes incertitudes générées par le Brexit).

En 2020, les marchés émergents ont, dans un premier temps, subi des sorties nettes. Le COVID-19 a en effet eu des conséquences notables sur les émergents, notamment en Inde et au Brésil. Toutefois, à mesure que le rallye des marchés et que les nouvelles encourageantes autour de l’arrivée prochaine d’un vaccin progressaient, les économies ont commencé à rebondir de manière vigoureuse. Les flux d’investissement à destination des marchés émergents ont fait leur retour, sous l’impulsion de la Chine notamment. Les ETFs émergents ont ainsi totalisé 8,3 milliards de dollars d’entrées nettes sur l’ensemble de l’année écoulée.

En termes sectoriels :

Les valeurs technologiques ont collecté 5,5 milliards de dollars. Au vu de la recrudescence de la demande en matière de logiciels et de matériel, les entreprises technologiques affichent une belle dynamique de croissance tout en offrant un certain degré de protection contre les risques.

Le secteur des soins de santé a initialement connu le même mouvement porteur au premier semestre, avant que les flux d’investissement ne s’essoufflent au S2 2020 alors que les investisseurs reprenaient confiance et repartaient en quête de meilleurs rendements.

Les ETFs obligataires ont fait leurs preuves

Les expositions aux obligations d’Etat et aux obligations coporate ont capté un total de 28,7 milliards de dollars d’entrées nettes en 2020, ce qui représente plus de 75 % du total des flux nets enregistrés sur l’ensemble de l’univers obligataire.

L’année écoulée a également vu s’étoffer l’offre en matière d’ETFs obligataires avec plusieurs lancements de nouveaux véhicules, en particulier de produits porteurs d’une dimension ESG.

Autre argument fort en faveur de la classe d’actif : les ETFs obligataires se sont avérés très résistants aux chocs profonds subis par le marché sur fond de pandémie mondiale. Dans cette période troublée, ils ont « fait office » d’outil de fixation des prix des actifs alors qu’aucune valorisation n’était disponible ou possible pour l’actif sous-jacent, comme en mars 2020 au plus fort de la crise COVID-19, et que les marchés devaient réévaluer leurs prix et positions pour la première fois depuis le déclenchement de la pandémie. Cette crise sanitaire a ainsi été synonyme d’un test grandeur nature pour les ETFs obligataires : une épreuve que les ETFs ont réussi à traverser haut la main.

Source: ETFWorld.fr

Articles similaires

WisdomTree ETF : coucher de soleil, pour le plus grand plaisir des investisseurs agricoles ?

Redaction

SPDR Strategy Espresso: Le crédit ESG IG américain

Redaction

WisdomTree : L’innovation est la devise des ETF à revenus fixes

Redaction