ETFWorld.fr
Lesné Antoine SPDR ETF

SPDR Strategy Espresso: Dette émergente : lutter contre les vents contraires du  dollar américain

SPDR Strategy Espresso : Les récentes hausses des rendements des bons au Trésor et du dollar américains ont une fois de plus pesé sur la dette émergente.

Inscrivez-vous pour recevoir les Newsletters gratuites de ETFWorld.fr


SPDR / Strategy Espresso


Antoine Lesné, Responsable de la Recherche et de la Stratégie de SPDR


Toutefois, les perspectives à long terme semblent  porteuses pour la classe d’actifs, car le rendement de la dette émergente reste attractif par  rapport à celui des marchés développés. De plus, les titres libellés en devises locales sont  redevenus bon marché par rapport à ceux en dollar.

L’envolée du billet vert, le changement de posture des banques centrales et l’aversion pour  le risque ont contribué à mettre la dette émergente libellée en devises locales sous pression.  Si on examine l’indice Bloomberg EM Local Currency Liquid Government, seuls quelquesuns  des pays qui le constitue ont enregistré des rendements positifs en septembre, à savoir : la  Chine, en raison du ralentissement des indicateurs de croissance intérieure, l’Indonésie, grâce  à des spreads de taux déjà importants par rapport aux obligations du Trésor et à une inflation  relativement faible, et la Russie, en raison de la flambée des prix du gaz qui est venue soutenir  le rouble.

Les craintes persistent autour du fait que le ralentissement progressif des achats d’actifs par  la Réserve fédérale (Fed) et, à terme, le relèvement des taux, ne favorisent les actifs libellés  en dollar et ne restreignent les flux de capitaux vers la dette émergente. Toutefois, du point  de vue des différentiels de rendements, les spreads ont évolué en défaveur du dollar. Le  graphique 1 cidessous montre la différence de yieldtoworst entre l’indice Bloomberg EM  Local Currency Liquid et l’indice Bloomberg US Treasury. On constate un net élargissement du  spread à des niveaux jamais vus depuis fin 2016 (hormis le pic enregistré pendant la crise dCOVID19). Stimulé par le resserrement des politiques des banques centrales émergentes, le  spread à fin septembre était juste de 5bp en dessous de sa moyenne sur cinq ans.

Graphique 1 : Les écarts de rendement entre les marchés émergents et les obligations du Trésor américain se sont élargis

08-10-21 1 SPDR

Source : Bloomberg Finance L.P., données au 30 septembre 2021. Le spread indiqué correspond au rendement  de l’indice Bloomberg EM Local Currency Liquid par rapport à l’indice Bloomberg US Treasury.

En mars 2021, les rendements de la dette émergente libellée en devise locale ont été tout  aussi négatifs en raison de l’envolée des rendements des bons du Trésor et du dollar  américains. Toutefois, cette tendance négative n’a pas perduré. Sur les deux mois suivants, la  classe d’actifs a enregistré des rendements positifs grâce au rebond de la devise. D’après le  modèle d’évaluation à long terme utilisé par State Street Global Advisors, le dernier rallye du  dollar américain l’a amené à un niveau surévalué de + 7,6 % par rapport au panier de devises  composant l’indice Bloomberg EM Local Currency Liquid Government. Plusieurs facteurs
pourraient venir initier un rebond des devises des pays émergents : une résolution de la  question du plafond de la dette américaine, une Fed plus dovish ou une issue maîtrisée des  problèmes d’Evergrande en Chine pourraient offrir un soutien aux actifs plus risqués.

Comme nous le soulignons également dans un article récent intitulé Emerging Market Debt:  Unfulfilled Potential, les marchés de la dette émergente intègrent déjà un degré élevé de  resserrement dans la courbe des taux. Les rendements sont actuellement élevés par rapport  aux bons du Trésor américain parce que le cycle de resserrement des taux des banques  centrales émergentes est déjà avancé. La pente de la partie 02 ans de la courbe est revenue  à son niveau le plus élevé, ce qui suggère qu’un degré élevé de resserrement des politiques  monétaires est déjà pris en compte par le marché. Il se peut que les banques centrales ne  valident finalement pas cette hypothèse : la mesure de l’inflation PriceStats® semble s’être  stabilisée dans plusieurs pays émergents tels que le Brésil, la Corée du Sud et l’Afrique du Sud.

La croissance mondiale entre dans sa phase de milieu de cycle, l’OCDE prévoyant un  ralentissement de 5,7 % en 2021 à 4,5 % en 2022. Cette décélération est importante dans les  pays émergents, les mouvements les plus extrêmes étant anticipés en Turquie (qui passerait  de 8,4 % à 3,1 %), au Brésil (qui passerait de 5,2 % à 2,3 %) et en Afrique du Sud (qui passerait  de 4,6 % à 2,5 %). Le ralentissement de la croissance et le retournement de la dynamique de  l’inflation laissent penser que la pression exercée sur les banques centrales émergentes pour  qu’elles continuent à durcir leur politique pourrait commencer à s’atténuer. Il convient de  noter que, comme l’illustre le graphique 2 sur les douze dernières semaines, la moyenne des banques centrales qui ont relevé leurs taux par rapport à celles qui les ont abaissés a  commencé à reculer (aidée en partie pour cela par la récente baisse opérées sur les taux  d’intérêt turcs).

Dans l’ensemble, la récente hausse des rendements du Trésor et du dollar américains a, une  fois de plus, pesé sur la dette émergente. Toutefois, les perspectives à plus long terme  semblent intéressantes pour la classe d’actifs : le rendement de la dette émergente reste  attractif par rapport aux marchés développés et les devises émergentes sont de nouveau bon  marché par rapport au dollar. Le cycle de relèvement des taux des banques centrales  émergentes n’est pas achevé, mais la faiblesse de la croissance et de l’inflation dans ces  économies devrait commencer à alléger la pression qui pesait jusqu’alors sur elles, pour un  relèvement des taux. Le resserrement des politiques étant déjà largement intégré par les  marchés obligataires, l’environnement actuel pourrait même s’avérer favorable à la dette  libellée en devise locale.

Graphique 2 : Le rythme des hausses des taux d’intérêt des banques centrales des marchés  émergents commence à ralentir.

08-10-21 2 SPDR

Source : State Street Global Advisors, Bloomberg Finance L.P., au 30 septembre 2021. Les banques centrales suivies  sont celles dont les titres souverains figurent dans l’indice Bloomberg EM Local Currency Liquid : Brésil, Chili, Chine, Colombie, Corée du Sud, Hongrie, Indonésie, Israël, Malaisie, Mexique, Roumanie, Turquie, Pérou, Philippines,  Pologne, Russie, Afrique du Sud, Tchèque et Thaïlande.

Comment jouer ces thèmes ?

Les investisseurs qui souhaitent accéder aux thèmes décrits cidessus peuvent le faire avec les  ETFs SPDR.

ETF SPDR® Bloomberg Barclays Emerging Markets Local Bond UCITS (Dist)

ETF SPDR® Bloomberg Barclays Emerging Markets Local Bond USD Base CCY Hdg to EUR UCITS  (Acc)

Source: ETFWordl.fr

Articles similaires

SPDR Strategy Espresso: Les valorisations restent favorables aux actions  européennes

Redaction

SPDR Strategy Espresso: Se repositionner sur la croissance avec les stratégies Dividend Aristocrats

Redaction

Ossiam : Les États-Unis mènent la reprise

Redaction