ETFWorld.fr
Lesné Antoine SPDR ETF

SPDR Strategy Espresso: « Jouer la duration en mode défensif »

SPDR Strategy Espresso : Jouer la duration en mode défensif en attendant que les menaces inflationnistes s’estompent.

Inscrivez-vous pour recevoir les Newsletters gratuites de ETFWorld.fr


SPDR / Strategy Espresso


Antoine Lesné, Responsable de la Recherche et de la Stratégie de SPDR


Dans un contexte de forte croissance et d’interrogations persistantes autour de la dynamique de l’inflation, nous continuons de privilégier les stratégies de maturités courtes et à haut rendement, telles que les obligations High Yield en euros et en dollars, ou les émissions en devises fortes (US dollars) des marchés émergents.

La question de l’inflation

La question qui retient actuellement l’attention des investisseurs est indéniablement celle de l’inflation. Le discours des banques centrales suggère clairement que la flambée de l’IPC ne correspondrait qu’à un impact transitoire de la hausse des prix des produits de base et de distorsions temporaires dues au fonctionnement aléatoire des chaînes d’approvisionnement ces derniers mois (corollaire notamment de la COVID-19 et des confinements/déconfinements successifs), générant des effets de base défavorables. Les acteurs du marché n’en semblent pas pleinement convaincus et ne sont pas réellement influencés par l’apparente décontraction des responsables des banques centrales à l’égard de l’inflation.

Si les effets de base auront pour effet de faire baisser l’IPC au cours du second semestre, il reste des forces assez puissantes qui agissent en sens inverse, notamment les mesures massives de relance monétaire et budgétaire qui continuent d’alimenter et de soutenir la demande. Les chaînes d’approvisionnement ne sont pas encore revenues à leur fonctionnement normal et, par conséquent, de nombreuses enquêtes pointent une forte hausse des prix.

Le taux dérivé de l’inflation américaine à un an (graphe 1) est redescendu de ses plus hauts historiques depuis 2008, ce qui suggère que le marché est un peu plus optimiste et n’anticipe plus de grosses surprises à la hausse comme celles observées récemment1 . Toutefois, le taux implicite d’inflation avoisine les 2,5 %, ce qui se situe plus dans la fourchette observée avant la crise financière de 2008 que dans la norme d’après-crise2. Si l’inflation s’avère finalement plus persistante que ce qui est actuellement anticipé, les rendements américains pourraient enregistrer une nouvelle hausse. C’est le chemin qu’ont suivi les rendements européens qui ont augmenté pour rattraper en partie l’écart avec leurs homologues américains, au fur et à mesure que l’amélioration des nouvelles économiques a été intégrée par le marché obligataire.

Taux d’inflation implicite (ou point-mort d’inflation) à 1 an dans 1 an

 

27-05-21 SPDR
27-05-21 SPDR

Source : State Street Global Advisors, Bloomberg Finance L.P., au 20 mai 2021.

Dans un contexte de forte croissance et d’interrogations sur l’évolution de l’inflation, nous continuons à privilégier les stratégies short et à haut rendement, telles que les obligations High Yield en EUR et en USD et les obligations libellées en devises fortes des marches émergents .

  • Ces stratégies ont enregistré de bonnes performances depuis le début de l’année, leur duration courte limitant l’impact de la hausse des taux d’intérêt des obligations d’Etat sur leur performance. A titre d’exemple, l’indice Bloomberg Barclays 0-5 Year U.S. High Yield Bond a une duration ajustée de l’option de seulement 1,82 an, ce qui signifie que sa sensibilité à la hausse des taux est inférieure à 1/4 de celle de l’indice Bloomberg Barclays U.S. Corporate Bond.
  • Même dans l’hypothèse où l’inflation s’avérerait transitoire, il est difficile d’envisager une remontée significative des taux mondiaux compte tenu du contexte de forte croissance et des niveaux encore extrêmement élevés des émissions gouvernementales. Pour limiter l’appréciation du capital, il faut se concentrer sur le rendement. Les fonds d’obligations américaines High Yield offrent généralement un rendement supérieur à 3 %, tandis que l’indice Bloomberg Barclays Euro High Yield Bond et l’indice ICE BofA 0-5 Year EM USD Government Bond affichent tous deux un rendement supérieur à 2 %3.
  • Les rendements élevés signifient que ces « actifs à risque » offrent un certain niveau de spread par rapport à la courbe des obligations d’État, ce qui s’est avéré être un amortisseur efficace face à la hausse des rendements sous-jacents. Par exemple, l’indice Bloomberg Barclays Euro High Yield Bond a commencé l’année 2021 avec un spread d’environ 325 points de base par rapport aux obligations d’Etat, qui s’est ensuite réduit à 290 points de base. Cela signifie qu’environ 35 points de base de la hausse des taux des obligations d’Etat ont été absorbés par la compression des spreads.

La contrepartie évidente de cette situation est que les spreads sont à des niveaux historiquement resserrés, ce qui équivaut à de faibles niveaux de compensation pour le risqué de crédit. Peu de faillites ont été finalement enregistrées du fait du fort soutien politique et législatif généralisé apporté aux entreprises tout au long de la pandémie de la COVID-19. Cela justifie le resserrement des spreads actuels, mais il existe des risques que ces taux commencent à augmenter au fur et à mesure que les mesures de soutien seront levées. On espère alors que le rebond de la croissance prendra le relai afin d’assurer un environnement porteur pour la dynamique des bénéfices, qui a été solide jusqu’ici, tandis que les taux bas et l’appétence des investisseurs pour le crédit High Yield permettaient à certaines des entreprises parmi les moins bien notées de pouvoir malgré tout engager un renforcement de leur bilan.

Au cours des prochains mois, nous espérons que les nuages liés aux perspectives incertaines autour de l’inflation, se dissiperont. Tant qu’il n’y aura pas plus de certitude que l’inflation reviendra effectivement à des niveaux plus conformes à ce que les banques centrales considèrent comme « durable », les marchés obligataires seront exposés à des risques de hausse des rendements. Dans cette optique, conserver une duration courte devrait offrir un certain degré de protection aux investisseurs, les performances provenant de stratégies de rendement telles que la dette High Yield et la dette des pays émergents. Cette approche présente certains risques de crédit, mais le contexte mondial de forte croissance (qui pourrait s’étendre aux pays émergents avec le déploiement de la campagne de vaccination dans ces zones) devrait agir comme un stabilisateur.

Les faillites américaines ont reculé

27-05-21 2 SPDR

Source : Bloomberg Finance L.P., au 21 mai 2021.

Comment jouer ces thèmes ?

Les investisseurs qui souhaitent accéder aux thèmes décrits ci-dessus peuvent le faire avec les
ETFs SPDR. Pour

ETF SPDR® Bloomberg Barclays 0-5 Year U.S. High Yield Bond UCITS (Dist)

ETF SPDR® Bloomberg Barclays Euro High Yield Bond UCITS (Dist)

ETF SPDR® ICE BofA 0-5 Year EM USD Government Bond UCITS (Dist)

Source: ETFWordl.fr

Articles similaires

Ossiam : Les États-Unis mènent la reprise

Redaction

WisdomTree: Une approche de la gestion des risques liés aux cryptomonnaies

Redaction

SPDR Strategy Espresso: Tirer parti du tapering avec le crédit Investment Grade ESG américain

1admin