ETFWorld.fr
SPDR ETF

SPDR Strategy Espresso: Le crédit ESG IG américain

SPDR : Le crédit ESG IG américain : toujours un élément-clé des portefeuilles obligataires.

Inscrivez-vous pour recevoir les Newsletters gratuites de ETFWorld.fr


SPDR / Strategy Espresso


Bien que le crédit de qualité Investment Grade ne présente pas de caractéristiques aussi défensives que les bons du Trésor, il est mieux placé que les papiers non-Investment Grade si la pandémie nous réserve encore des surprises. Nous pensons donc que le crédit IG restera un élément structurant pour les portefeuilles obligataires. Côté flux, les tendances récentes suggèrent par ailleurs que les investisseurs sont désireux d’ajouter une approche ESG à leur exposition crédit.

Tout comme un sportif de haut niveau qui prend de l’âge et serait relégué sur le banc de touche, le crédit Investment Grade (IG), pourtant coqueluche des investisseurs en 2020, semble avoir été snobé par des investisseurs plus désireux de reprendre « davantage de risque » en ce début d’année. Ceci est logique alors que le premier trimestre est souvent propice à certains paris et prises de risques » associées avec, cette année, le support additionnel de l’environnement économique global qui semble lui-même favorable à une telle approche.

L’économie américaine résiste bien : le PIB pour le quatrième trimestre 2020 ressort à 4 % (avec un potentiel de révision à la hausse) et l’ISM composite indique une réouverture et un redémarrage de l’économie américaine en janvier. La faiblesse des chiffres sur l’emploi a poussé les démocrates fraîchement arrivés aux commandes, à lancer un grand plan de dépenses et d’investissements afin de donner un véritable coup de fouet à l’économie. Ce contexte semble donc pleinement porteur pour des actifs tels que les obligations High Yield et les convertibles, deux thèmes d’investissement que nous avons mis en avant dans notre Q1 Bond Compass.

Ceci étant dit, le crédit IG reste une composante essentielle de tout portefeuille obligataire. La croissance plus forte, l’inflation plus élevée et les packages de dépenses en stimuli de l’économie sont, sans ambiguïté, clairement défavorables aux obligations d’État et sont venus accélérer la pentification de la courbe du Trésor américain (malgré les programmes d’achats de la Fed encore à l’oeuvre). Ceci est toutefois beaucoup moins dommageable pour le crédit IG, dont la croissance, plus forte, devrait contribuer à renforcer les bilans des entreprises.

Une question clé est de savoir dans quelle mesure la compression des spreads pourrait intervenir et compenser toute nouvelle hausse des rendements du Trésor américain. Le graphique 1 matérialise les spreads ajustés des options (OAS – Option-Adjusted Spreads)1 contre le rendement des bons au Trésor américain à 10 ans, année après année depuis 2010. Il démontre que, si les spreads sont actuellement resserrés, ils l’ont déjà été bien plus encore. Cela s’est généralement produit alors que les niveaux de rendement étaient plus élevés sur 10 ans sur les bons au Trésor. Et il semble probable qu’à mesure que la croissance se raffermira, et que la probabilité des (re)confinements s’éloignera, les écarts se resserreront, comprimés par les rendements plus élevés du Trésor et par l’amélioration de la qualité du crédit.

GRAPHE 1 : Spreads ajustés des options sur le crédit IG US versus bons du Trésor américain à 10 ans

18-02-21 spdr

Ce rendement supplémentaire par rapport aux bons du Trésor américain est également une considération importante. Le récent mouvement de sell-off sur les bons du Trésor américain a fait grimper les rendements de l’indice Bloomberg Barclays Corporate Bond de près de 1,90 %. Il est supérieur au rendement de l’indice Bloomberg Barclays US Treasury Long, qui se concentre sur le segment « 10 ans et plus » de la courbe des bons du Trésor. Cet indice long terme affiche une duration de près de 19 ans, ce qui le rend plus de deux fois plus sensible aux hausses des rendements sous-jacents.

Ce rendement supplémentaire offre également une protection aux investisseurs IG. L’indice Bloomberg Barclays US Treasury All Maturities a un yield to worst de 67 pb et une duration de près de 6,9 ans, ce qui implique qu’une modeste hausse de 10 pb des rendements neutraliserait la contribution à la performance provenant des coupons. Pour une stratégie US IG corporate, la hausse des rendements requise est plus de deux fois supérieure 2.

Enfin, la Fed a peut-être interrompu ses rachats de crédit, mais on suppose qu’elle relancera le SMCCF3 si les conditions de liquidité du marché se détériorent à nouveau. Ainsi, bien que le crédit IG ne soit pas aussi défensif que les bons du Trésor, il se trouve en meilleure position que le papier non-IG si la pandémie a d’autres surprises à nous réserver.

ESG : un changement net dans le comportement des investisseurs

Bien que nous nous attendions à ce que les stratégies IG restent un élément clé des portefeuilles obligataires, il y a quelques évolutions dans le type de stratégies que les investisseurs peuvent déployer. Pour le segment des obligations corporate investment grade, la transition s’est faite vers l’ESG. Le graphe 2 montre les flux nets au cours des 12 derniers mois vers les ETFs obligataires domiciliés en EMEA, répartis non seulement par type de fonds mais aussi suivant le fait qu’ils soient flaggés ESG ou non4.

Il y a eu une bascule claire des stratégies conventionnelles vers les stratégies ESG dans l’univers du crédit IG européen. Ce changement apparaît moins évident sur le marché américain, mais il devrait s’accélérer lorsque l’administration Biden commencera à dérouler son agenda ESG. Des réglementations climatiques plus strictes et des exigences de divulgation des données ESG devraient finir de « réveiller » ceux qui doutent encore du fait que les critères ESG jouent un rôle croissant dans les stratégies d’investissement. Pour prendre connaissance des 5 thèmes-clé autour desquels nous pensons que l’administration Biden concentrera son action, nous vous invitons à lire notre document « L’ESG et la présidence Biden ».

GRAPHE 2 : Entrées nettes dans les ETFs obligataires (sur un an glissant au 31 janvier 2021)

18-02-21 2 spdr

L’indice Bloomberg SASB US Corporate ex Controversies Select facilite la transition des stratégies conventionnelles vers les stratégies ESG. L’indice est optimisé avec le double objectif d’allouer des fonds aux émetteurs ESG best-in-class de leur catégorie tout en produisant un indice qui présente des caractéristiques similaires à son indice-parent : l’indice Bloomberg Barclays US Corporate. L’approche best-in-class en matière de sélection obligataire a aidé l’indice ESG à surperformer son indice-parent de plus de 80 points de base en 2020. La réduction de l’exposition à des secteurs tels que les transports et l’énergie a également contribué à réduire la volatilité.

Comment jouer ce thème ?

Les investisseurs qui souhaitent accéder aux obligations d’entreprises américaines en mettant l’accent sur les facteurs ESG peuvent le faire grâce à un ETF proposé par SPDR.

ETF SPDR Bloomberg SASB U.S. Corporate ESG UCITS


1 Spreads ajustés des options pour l’indice Bloomberg Barclays US Corporate Bonds.

2 L’indice Bloomberg Barclays US Corporate Bond Index a un rendement de 1,86% et une duration de près de 8,7 ans, ce qui signifie qu’une hausse de plus de 20 points de base serait nécessaire pour compenser les pertes en capital sur l’obligation. Source : Bloomberg Finance L.P. Base des calculs au 10 février 2021.

3 SMCCF (Secondary Market Corporate Credit Facility) : facilité de crédit aux entreprises sur le marché secondaire.

4 Les flags ESG sont ceux de Bloomberg.

Source: ETFWorld.fr

Articles similaires

WisdomTree : L’innovation est la devise des ETF à revenus fixes

Redaction

21Shares franchi le cap des 500 millions de Dollars d’Actifs sous Gestion

Redaction

SPDR Strategy Espresso: Investir dans les Infrastructures dans un contexte de marché incertain

Redaction