ETFWorld.fr
Lesné Antoine SPDR ETF

SPDR Strategy Espresso: Les obligations convertibles pour se prémunir du variant Delta

SPDR Strategy Espresso : Une analyse sur des données de long terme montre que les obligations convertibles, lorsqu’elles sont ajoutées dans un portefeuille d’actions et d’obligations..

Inscrivez-vous pour recevoir les Newsletters gratuites de ETFWorld.fr


SPDR / Strategy Espresso


Antoine Lesné, Responsable de la Recherche et de la Stratégie de SPDR


permettent potentiellement d’offrir un meilleur profil de risque/rendement aux investisseurs, et peuvent être considérées comme un outil utile dans le cadre d’une plus large stratégie d’allocation d’actifs.

Les obligations convertibles n’étant pas parfaitement corrélées aux actions ou aux obligations, les ajouter à un portefeuille peut, qui plus est, contribuer à en atténuer la volatilité globale. L’un de leurs avantages réside dans la corrélation non linéaire (voir graphique 1) que les obligations convertibles offrent vis-à-vis des actions et des obligations, contribuant ainsi à créer un profil de risque asymétrique et offrant ainsi une protection contre la baisse de ces deux classes d’actifs.

01-09-21 1 SPDR

Une étude menée sur des portefeuilles modèles ont démontré qu’historiquement les obligations convertibles « monde » améliorent la frontière efficiente des portefeuilles multi-actifs. En particulier montre les effets d’une allocation en obligations convertibles mondiales permet de « tilter » un portefeuille vers des facteurs tels que le momentum, la liquidité et l’exposition aux secteurs de la consommation discrétionnaire et aux technologies US.

Pourquoi les convertibles et pourquoi maintenant ?

Les anticipations sont toujours à une hausse sur les marchés actions mais plus ténue. Les investisseurs en actions pourraient donc être désireux d’éliminer certains risques liés à un retournement en optant pour des convertibles, dont le plancher obligataire offre un certain degré de protection en cas de correction des marchés. Il convient de noter que certains des noms qui ont alimenté le rallye au début de l’année ont perdu un peu de leur panache à la fin du premier trimestre, mais présentent aujourd’hui une valorisation plus attractive en ce milieu d’été.

Même pour les investisseurs obligataires, les obligations convertibles peuvent être considérées comme une piste à explorer car plus défensive et, potentiellement, un peu moins dépendante de l’évolution des marchés d’actions que ne le suggère le delta, ou sensibilité au mouvement des prix des actions sous-jacentes. A noter également : la volatilité implicite, qui s’élève à environ 33 % dans l’indice Refinitiv Qualified Global Convertible, est retombée à des niveaux plus proches de la moyenne historique. Cela suggère potentiellement que le coût de la couverture est de nouveau plus abordable. Un élément important à considérer puisque nous recommandions clairement, dans notre Global Market Outlook de juin, de continuer d’aborder les marchés avec un zeste de prudence.

Quelles sont leurs qualités défensives ?

Selon nous, les obligations convertibles mondiales peuvent permettre de :

Contourner les « faiblesses » régionales : l’indice Refinitiv Qualified Global se concentre largement sur les titres américains (56,4 %), mais s’agissant d’un indice mondial, cela devrait atténuer l’impact des éventuelles turbulences régionales comme en Chine. Une couverture mondiale est d’autant plus utile dans un environnement où la COVID-19 a entraîné le confinement et la quasi-mise à l’arrêt des économies de pays entiers. Si la vaccination offre désormais une protection significative, toutes les régions du monde n’ont pas encore atteint un taux de couverture vaccinale suffisant pour permettre une réouverture générale. Plane de surcroît la menace de nouveaux variants qui se révèleraient résistants aux vaccins actuels.

Tirer parti de titres à duration longue malgré l’aplatissement des courbes, grâce à des titres à fort Delta : les titres techno présentent une part importante de l’indice Refinitiv Qualified Global Convertibles. Ce secteur présente un delta élevé (environ 62-63%) et a récemment enregistré de bonnes performances grâce à l’aplatissement de la partie longue de la courbe US, les prévisions d’inflation s’étant estompées. En d’autres termes, les valeurs « techno » sont désormais utilisées comme des actifs « à duration longue ». Elles devraient mieux se comporter maintenant que l’inflation a, a priori, atteint son pic selon les projections, et que la Fed adoptera potentiellement une attitude moins accommodante qu’anticipé. En cas de nouveau confinement, la combinaison des caractéristiques « longue duration » de ces valeurs et du fait que toute réactivation du télétravail viendra soutenir le secteur, devrait permettre à cet élément de l’indice de se stabilizer voire de tirer son épingle du jeu.

Bénéficier d’une duration globale plus courte que celle des indices obligataires traditionnels :

cela rend l’indice moins vulnérable à toute nouvelle pression potentielle sur la partie amont des courbes. Ce profil de duration joue sur la partie longue des actions alors que dans la phase du cycle de taux à venir, nous nous attendons plutôt à ce que l’accent soit mis sur la partie courte et intermédiaire de la courbe (où la sensibilité aux taux d’intérêt pourrait venir impacter bien plus négativement d’autres titres obligataires que les convertibles). Leur faible sensibilité aux taux est appréciée des investisseurs en particulier en période de reprise du cycle. Il est donc logique de les utiliser pour réduire la duration globale du portefeuille sans toutefois renoncer au potentiel de rendements réels positifs de cette classe d’actifs aussi liée à la dynamique des actions ; une caractéristique difficile à trouver dans l’environnement actuel de rendements très faibles.

01-09-21 2 SPDR

Pourquoi choisir un ETF obligations convertibles mondiales ?

Sa transparence : Les ETFs offrent une transparence quotidienne des positions grâce aux sites de SPDR, Bloomberg, Morningstar ou d’autres plateformes. Cela permet d’avoir une vue claire des positions et risques spécifiques associés. Seuls les ETFs offrent un tel avantage, dans le cadre d’un compte ségrégué.

Sa liquidité intrajournalière : par rapport aux fonds indiciels et aux fonds communs de placement, les ETFs autorisent les transactions en cours de journée à un prix exécutable coté (contre une VNI inconnue pour un fonds commun de placement) – les écarts entre l’offre et la demande peuvent souvent être plus étroits que ceux du sous-jacent, ce qui aide à construire des expositions à la classe d’actifs convertibles de manière efficace.

Des transactions à faible seuil minimal : les ETFs peuvent être négociés dès une part, ce qui permet d’opérer efficacement et simplement, des rééquilibrages entre plusieurs portefeuilles.

Des frais maîtrisés : les ETFs tendent à offrir des prix compétitifs par rapport à l’univers des obligations convertibles gérées. Ainsi, selon les données Morningstar, le TER pondéré moyen des parts les plus anciennes des 10 premiers fonds d’obligations convertibles mondiales EMEA est de 1,16% (contre un TER de 0,50% pour leurs homologues non couvertes et de 0,55% pour leurs homologues couvertes à la fois en EUR et CHF).

Des performances intéressantes : l’ETF SPDR Refinitiv Global Convertible Bond UCITS se classe parmi les fonds d’obligations convertibles les plus performants (voir graphique 4), tout en étant une stratégie de tracking d’indice qui surpasse souvent ses pairs actifs, et ce grâce à l’indice conçu pour l’ETF (l’indice Refinitiv Qualified Global Convertible).

 

01-09-21 3 SPDR

 

01-09-21 4 SPDR

Source: Morningstar, Refinitiv, State Street Global Advisors, au 30 juin 2021. Les performances passées ne constituent pas une garantie des résultats futurs. Il n’est pas possible d’investir directement dans un indice. La performance de l’indice n’intègre pas les charges et dépenses associées au fonds, ni les commissions de courtage associées aux achats/ventes dans le cadre de ce fonds. La performance de l’indice ne représente pas celle d’un fonds particulier. L’indice Refinitiv Qualified Global Convertible Bond a été créé le 27 février 2018. Les résultats antérieurs à cette date ont été calculés par backtest en utilisant les données disponibles alors, conformément à la méthodologie actuelle de l’indice. Les données de l’indice Refinitiv Qualified Global Convertible Bond (TR) intègrent des rendements rétrospectifs fournis par Refinitiv. Son univers de reference est celui des fonds d’obligations convertibles mondiales domiciliés en Europe, et dont les rendements (exprimés en USD) sont enregistrés dans Morningstar dans les 5e et 95e. Le 01/06/2020, l’indice a changé de nom. Anciennement Thomson Reuters Qualified Global Convertible Index, il s’appelle désormais le Refinitiv Qualified Global Convertible Index.

Source: ETFWordl.fr

Articles similaires

WisdomTree: Une approche de la gestion des risques liés aux cryptomonnaies

Redaction

SPDR Strategy Espresso: Tirer parti du tapering avec le crédit Investment Grade ESG américain

1admin

SPDR Strategy Espresso: Les marchés émergents, relais de la croissance

1admin