ETFWorld.fr
SPDR ETF

SPDR Strategy Espresso:  Rebond des Marchés émergents?

SPDR : Alors que les turbulences du marché observées en mars commencent à s’amenuir, les acteurs du marché reprennent progressivement confiance avec, pour effet, un rebond dans la demande d’actifs plus risqués…

Inscrivez-vous pour recevoir les Newsletters gratuites de ETFWorld.fr


SPDR / Strategy Espresso


à l’instar des actions qui regagnent depuis peu une grande partie du terrain qu’elles avaient perdu. Un autre facteur de soutien aux actifs plus risqués réside dans le fait que les baisses de taux des banques centrales et les programmes massifs d’achats d’actifs ont significativement réduit les rendements des actifs non risqués. Cela pousse aujourd’hui les investisseurs en quête de rendement à se tourner vers des actifs qui peuvent potentiellement rapporter un peu plus.

Dans les précédents numéros de l’Espresso, nous avions mis en lumière l’attrait du crédit Investment Grade, la classe d’actifs ne présentant à date qu’une prise de risque supplémentaire modérée dans l’échelle des risques puisqu’étant protégée, dans une certaine mesure, par les achats opérés actuellement par les banques centrales. Toutefois, certains signes montrent que les investisseurs sont de plus en plus disposés à se relancer sur des territoires à plus haut risque, tels que les marchés émergents.

Pour certains, cette tentation émergente peut sembler relever d’un pari quelque peu risqué considérant que la pandémie semble loin d’être terminée dans les pays en développement. En effet, la Russie et le Brésil sont actuellement les deux foyers épidémiques majeurs du COVID-19. Par ailleurs, la résurgence des problèmes à Hong Kong et la possible réescalade de la guerre commerciale sino-américaine sont également décourageants. Du côté de l’Argentine, les problèmes se multiplient aussi, le pays n’ayant pas honoré la dernière échéance d’une de ses obligations le 22 mai dernier.

Toutes ces problématiques sont autant d’obstacles à la performance. Mais étant largement connues, elles sont déjà intégrées par le marché et ne devraient pas générer de mauvaises surprises supplémentaires.

De fait, les marchés émergents attirent les investisseurs. Ils continuent de progresser, soutenus par des éléments positifs plus substantiels :

– Les prix du pétrole ont connu un rebond significatif, les contrats à terme du Brent ont augmenté de plus de 75 % par rapport à leurs plus bas niveaux d’avril. Bien qu’encore faibles comparativement à leur historique, cette progression a permis d’alléger la pression la plus aiguë sur les pays producteurs de pétrole et pourraient venir soutenir ceux d’entre eux ayant des dettes importantes libellées en dollars.

– De nombreuses régions d’Asie commencent à rouvrir leurs portes aux entreprises.

– L’Europe de l’Est se réouvre également et plusieurs pays se déclarent disposer à bénéficier de l’important package de subventions promises par l’Union européenne.

– Le recul des pressions inflationnistes à court terme sur les marchés émergents (corollaire de la chute des prix du pétrole) donne aux banques centrales assez de latitude pour réduire encore leurs taux.

– Le fait que les monnaies des pays émergents commencent à rebondir est un signal important indiquant que la confiance revient vers les marchés émergents. L’indice Morgan Stanley MSCI EMFX se réinscrit à +1,6 % de son plus bas niveau et semble s’inscrire dans une tendance à la hausse.

Une approche prudente du risque

Selon nous, le rebond de la dette des marchés émergents va probablement se poursuivre mais étant donné la multitude de risques qui guettent l’univers émergent, il convient de rester prudent.

À cet égard, l’indice ICE BofA 0-5 Year EM USD Government Bond Index limite les risques de plusieurs façons:

– Le fonds est libellé en devises fortes : cela élimine le risque de change pour les investisseurs en USD. Pour ceux qui s’inquiètent du risque lié à l’USD, avec les élections américaines qui se profilent, une version couverte en euros existe également.

– Sa maturité est limitée à 5 ans avec une duration moyenne des titres d’un peu moins de 2,5 ans, ce qui est considérablement plus court que les 8,4 ans de l’indice JP Morgan USD EM Bond Index. Cette duration plus courte de l’indice ICE BofA 0-5 Year EM USD Government Bond Index ne l’empêche pas d’afficher un rendement supérieur à 3,5 %. Aussi faudrait-il que les rendements devraient augmenter de près de 150 points de base sur cet indice pour que les pertes de prix effacent le portage du rendement.

– Le rating des titres entrant dans la composition de l’indice ne doit pas être en deçà de CCC, ce qui signifie qu’il exclut de facto certains des pays les plus en difficulté tels que l’Argentine, le Liban et le Venezuela, qui figurent pourtant tous dans l’indice JP Morgan USD EM Bond Index.

Rebond des monnaies émergentes, faiblesse du dollar

Le fonds libellé en devises « dures » réduit les risques liés aux devises locales mais, en conséquence, reste également à l’écart d’un grand potentiel de hausse en cas de rebond des devises.

Une analyse détaillée montre dans quelle mesure les rendements annuels de l’indice Bloomberg Barclays EM Local Currency Liquid Govt Index ont été affectés par la dépréciation des monnaies locales. Cela a impacté près de 10 % de la performance globale de l’indice depuis le début de l’année, sous l’effet cumulé des baisses du real brésilien et du rand sud-africain en particulier.

Il convient de noter d’un autre côté la bonne performance de la plupart des obligations souveraines marchés émergents émises et exprimées en devises locales, en raison de l’assouplissement mis en oeuvre par les banques centrales et de la baisse de l’inflation. Le fonds ayant un rendement d’environ 3,8 %, les coupons offrent également un effet cumulatif positif important.

L’examen des performances globales pondérées par pays et par région montre que :

L’Asie reste l’une des régions les plus performantes, avec les deux seuls marchés à enregistrer une performance positive (Philippines et Chine). Comme nous l’avons souligné dans notre papier « Weathering the Storm in Emerging Markets », l’indice Bloomberg Barclays EM Local Currency Liquid Govt est plus exposé à l’Asie (47,9 %) que l’indice JP Morgan EM Local Currency (26,6 %). Plusieurs pays de la région ayant eu à gérer la pandémie de COVID-19 à un stade précoce, nous continuons à penser que les obligations asiatiques sont bien positionnées en cas de rebond économique rapide,

L’Europe de l’Est a apporté une contribution globale similaire à la performance, soit -0,9 %. Elle représente 20,4 % de l’indice Bloomberg Barclays contre 31,7 % pour l’indice JP Morgan. A date, les banques centrales turque et russe ont certainement.

Une plus grande exposition à l’Asie signifie une moindre exposition à l’Amérique centrale et du Sud, où le Brésil et le Mexique ont considérablement freiné les performances. A eux deux, le Brésil et le Mexique représentent 16,9 % de l’indice Bloomberg Barclays contre 20,6 % pour l’indice JP Morgan EM Local Currency Index.

Enfin, l’exposition africaine des deux indices est très différente, l’indice Bloomberg Barclays incluant Israël. La performance d’Israël depuis le début de l’année a peut-être été faible, mais elle a un effet de diversification par rapport à l’Afrique du Sud qui a pesé négativement sur la performance et est par ailleurs la seule exposition africaine dans l’indice JP Morgan EM.

Dans l’ensemble, l’appétit pour le risque revient sur les marchés, ce qui se répercute sur les marchés émergents.

Les risques sont encore nombreux et une approche prudente pour revenir sur les marchés émergents consisterait à se concentrer sur un fonds à court terme libellé en devises fortes. Toutefois, les fonds en devises fortes ne seront pas avantagés si le marché des changes des pays émergents revient à un niveau plus favorable par rapport au dollar, ce qui suggère un potentiel de hausse plus important pour les fonds bien diversifiés mais libellés en devises locales.

Source: ETFWorld.fr

Articles similaires

SPDR Strategy Espresso: Actions : à la recherche de nouvelles opportunités

1admin

SPDR Strategy Espresso: Le Crédit Investment Grade Euro dans un environnement de faible rendement

1admin

SPDR Strategy Espresso: « Soins » pour les investisseurs : santé, sécurité

Redaction