ETFWorld.fr

SPDR Strategy Espresso: Un an déjà pour l’indice US Communication Services 

SPDR ETF

SPDR : Le reclassement à grande échelle de trois secteurs du Global Industry Classification Standard (GICS créés et mis à jour par MSCI et S&P) en septembre 2018 a entraîné un rééquilibrage significatif de l’indice, le lancement de nouveaux fonds et une augmentation de l’activité des investisseurs. ..

Inscrivez-vous pour recevoir les Newsletters gratuites de ETFWorld.fr


SPDR / Strategy Espresso


Les modifications de l’indice S&P sont intervenues le 24 septembre 2018 : la plus importante concernait le secteur bien connu des Communication Services (anciennement connus sous le nom de Telecommunications Services).

Le nouveau secteur regroupe les valeurs dominantes des médias interactifs, des fournisseurs renommés de médias et de divertissements et des grandes entreprises de télécommunications.

Une année haute en couleurs!

Les débuts d’année n’ont pas été faciles. Le nouveau secteur créé a reculé plus rapidement que la moyenne du marché lors de la correction du marché du quatrième trimestre de 2018, les investisseurs ayant fui les noms les plus en vue des tech et recherché une sécurité relative dans des actions ou des obligations plus défensives et des placements en cash.

Cependant, entre début 2019 et fin avril 2019, le secteur a fini par connaître un rallye qui a répondu aux attentes de croissance des bénéfices. Les craintes d’ingérence politique dans les plus grandes valeurs ont par la suite quelque peu freiné le secteur, mais celui-ci connaît maintenant un nouvel élan et a gagné 24,4%  depuis en year-to-date (versus une hausse de 20,9% « seulement » du marché)*.

La meilleure performance de cette première année a été celle de Twitter, avec une performance de plus de 50% soutenu par un nombre croissant d’utilisateurs de l’appli.

Alors que tous les investisseurs se sont intéressés aux grandes actions de premier plan telles que Facebook et Alphabet, les performances d’AT&T (dont le cours a été stimulé par l’intérêt du fonds activiste Eliott qui a investi 3.2 milliards de dollars dans le groupe) et de Walt Disney (qui a enthousiasmé les investisseurs en annonçant le lancement d’une nouvelle plateforme de streaming vidéo) retiennent également l’attention. Les deux actions ont contribué à environ 25% de la performance de l’indice sur cette période.

À son lancement, de nombreuses questions avaient émergé sur la manière dont ce mélange d’entreprises s’assemblerait : nous avions fait valoir que le panier de valeurs était attractif et que les résultats des entreprises favorables.

Un secteur de croissance et pas forcément un long fleuve tranquille…

Aux États-Unis, Alphabet fait l’objet d’enquêtes antitrust visant à déterminer si un comportement monopolistique de Google est à craindre dans le secteur de la publicité.

Le zèle des politiciens et des régulateurs pourrait rapidement se porter également sur Facebook, qui mène déjà un certain nombre de batailles face aux poursuites pour atteinte à la vie privée dont il fait l’objet.

Ces enquêtes impulsées par la sphère politique pourraient aboutir à la dissolution de certaines des entreprises visées.

Toutefois, ces démarches prendront certainement des années et passeront par de longues contestations judiciaires.

De plus, la dissolution d’une entreprise, en particulier une holding, ne nuit pas nécessairement à ses actionnaires.Nous ne risquons donc pas de nous ennuyer sur ce secteur des Communication Services. Celui-ci se situe au carrefour de la communication média et de contenu, englobant les médias sociaux, le divertissement et les jeux vidéo.

Ce positionnement signifie qu’on y retrouvera presque toujours des sociétés offrant une croissance rapide des ventes, beaucoup d’informations sur leur actualité, avec un focus sur les valeurs FAANG dont seulement trois sont dans l’indice (Facebook, Netflix, Alphabet-Google).

L’essor de la publicité numérique peut également être un moteur pour le secteur, car les grands acteurs des médias sociaux fournissent des plateformes qui touchent un vaste public à l’échelle mondiale.

Ainsi, acheter le secteur en tant que panier donne accès à tous ces thèmes sans avoir à déterminer quelle valeur sera la plus porteuse ni laquelle risque d’être fortement exposé aux risques boursiers inhérents au secteur.

Source: ETFWorld.fr

Articles similaires

SPDR Strategy Espresso: Secteur financier : par-delà les courbes des taux

Webmaster

SPDR Strategy Espresso: La stabilité des prix des actions

Webmaster

SPDR Strategy Espresso: Dette émergente en monnaie locale

1admin