ETFWorld.fr

Un premier bilan extrêmement positif pour les résultats du 3ème trimestre 2010 tant en Europe qu’aux États-Unis

MONDO

Alors que l’attention du marché s’est polarisée depuis quelques semaines sur les messages de la Fed et les enjeux des élections américaines de mi-mandat, pendant ce temps, les sociétés ont délivré des résultats de bonne facture des deux côtés de l’Atlantique…..


Horizons des Marchés  : Novembre 2010 – Édité par Amundi

Éric MIJOT et Ibra WANE


Enregistrez-vous pour le Newsletter sur les ETF et ETC
Cliquez ici pour recevoir votre copie gratuitement

Document destiné principalement à des professionnels


À mi-chemin de la saison des résultats, l’heure est venue pour un premier bilan, et celui-ci est largement positif, ce qui conforte notre vue constructive sur le marché.
En effet, le pourcentage de bonnes surprises en termes de chiffre d’affaires et de résultats est demeuré particulièrement élevé avec respectivement 62 % et 67 % en Europe et 65 % et 80 % aux États-Unis. En matière de résultats, ce pourcentage de bonnes surprises outre- Atlantique, comparé à une moyenne de 68 % depuis fin 2006, est au plus haut depuis 4 ans et retrouve ses meilleurs niveaux du 3ème trimestre 2009. En Europe, où la moyenne est sensiblement plus basse (53 % depuis fin 2006), la performance du 3ème trimestre est également au plus haut depuis 4 ans, mais demeure dans la lignée du 1er et 2nd trimestre 2010.
D’un point de vue sectoriel, en Europe, les meilleures surprises en termes de résultats concernent essentiellement, mais pas exclusivement les secteurs cycliques. Ainsi, l’Industrie (89 %), la Consommation cyclique (89 %) les Télécom (83 %), les Services collectifs (80 %) et la Technologie (78 %) se retrouvent en tête. En revanche, la Pharmacie (57 %) et les Financières (47 %) s’inscrivent en dessous de la moyenne. Quant à la Consommation non cyclique (29 %) et l’Energie (0 % sur un échantillon limité), elles ferment le ban avec un solde net négatif de bonnes et mauvaises surprises.
Aux États-Unis, on retrouve l’Industrie (97 %) et la Technologie (88 %) parmi les secteurs ayant réservé les meilleures surprises. En revanche, la Pharmacie, légèrement inférieure à la moyenne en
Europe, y a fait mieux que prévu (88 %). En queue de peloton, comme en Europe, on retrouve les Financières (74 %), l’Energie (71 %) et la Consommation non cyclique (58 %).
D’une année sur l’autre, les ventes ont rebondi de + 8 % aux États-Unis contre + 13 % en Europe. En revanche, les résultats y ont progressé plus sensiblement avec + 43 % contre + 25 %. Mais cette différence est moins liée à un problème de levier opérationnel en général, qu’à deux cas particuliers. Ainsi, l’Energie et les Financières, qui représentent un tiers de l’indice MSCI Europe, ont subi un recul des bénéfices de l’ordre de 25 % alors qu’ils progressaient respectivement de + 144 % et + 44 % aux États-Unis. En d’autres termes, hormis ces deux secteurs, les résultats en Europe auraient rebondi de + 50 % au 3ème trimestre.

Disclaimer

Édité par Amundi – Société anonyme

Les informations figurant dans cette publication ne visent pas à être distribuées ni utilisées par toute personne ou entité dans un pays ou une juridiction où cette distribution ou utilisation serait contraire aux dispositions légales ouréglementaires, ou qui imposerait à Amundi ou ses sociétés affiliées de se conformer aux obligationsd’enregistrement de ces pays.

La totalité des produits ou services peut ne pas être enregistrée ou autorisée dans tous les pays ou disponible pour tous les clients. Les données et informations figurant dans cette publication sont fournies à titre d’informationuniquement. Aucune information contenue dans cette publication ne constitue une offre ou une sollicitation par un membre quelconque du groupe Amundi de fournir un conseil ou un service d’investissement ou pour acheter ou vendre des instruments financiers. Les informations contenues dans cette publication sont basées sur des sourcesque nous considérons fiables, mais nous ne garantissons pas qu’elles soient exactes, complètes, valides ou àpropos et ne doivent pas être considérées comme telles à quelque fin que ce soit.