ETFWorld.fr
- GIORNALI2

Une étude d’AXA IM fait tomber les barrières à l’investissement dans l’énergie

AXA Investment Managers (AXA IM) publie  un Rapport thématique consacré à l’énergie qui examine notamment les barrières à l’investissement dans le secteur. L’étude montre que les évolutions technologiques et réglementaires conditionnent durablement le marché et que mieux les comprendre permettra aux investisseurs de prendre des décisions informées et solides…..


Le Rapport énergie est le premier d’une nouvelle série de publications du département Recherche et Stratégie d’Investissement d’AXA IM. Elle tend à offrir aux investisseurs un éclairage sur des questions d’actualité dont les enjeux touchent toutes les classes d’actifs et vise à élaborer les outils pour construire des stratégies d’investissement robustes et actives. L’énergie représente un thème d’investissement fondamental, car les évolutions et les innovations de ce secteur ont un impact considérable sur l’économie dans son ensemble. Les conclusions du Rapport publié par AXA IM s’articulent autour de trois axes stratégiques : 

1. Les relations entre les différentes énergies fossiles

Les énergies fossiles vont continuer à jouer un rôle prédominant, mais les fluctuations du prix du pétrole perdureront et ses prix planchers iront en augmentant. Cela créera des opportunités d’investissement pour les énergies de substitution et les technologies d’extraction alternative ainsi que pour les équipements permettant des gains d’efficience énergétique.

Une baisse de la qualité des réserves est un risque majeur de long terme pour le charbon. Les pays en développement doivent évaluer leurs investissements actuels en intégrant les questions de normes de pollution et de qualité des approvisionnements.

Seule une faible part des sources d’énergie non conventionnelles, telles que les gaz de schiste, sont accessibles avec une intensité capitalistique raisonnable ; les technologies mises au point pour exploiter les gisements américains sont peu applicables à d’autres régions, dont la géologie et les droits d’exploitation du sous-sol sont radicalement différents.

2. La place des énergies renouvelables dans le « mix » énergétique mondial

Il convient de privilégier les sociétés dont les efforts dans la Recherche & Développement (R&D) sont continus ; le financement par à-coups ne permet pas d’enclencher le cercle vertueux de l’innovation. Selon AXA IM, les opportunités se concentrent parmi les petites entreprises spécialisées qui se fixent des objectifs clairs et placent les énergies renouvelables au coeur de leur stratégie.

Les marchés prometteurs sont ceux où il y a une forte coordination entre projets d’infrastructures et initiatives de développement des énergies renouvelables. L’engagement durable des régulateurs est alors clé.

Les investisseurs doivent également identifier les obstacles aux succès commerciaux et mesurer la capacité d’une technologie à s’intégrer dans le mix énergétique. Les réseaux régionaux doivent pouvoir connecter les unités de production renouvelable et assurer la distribution aux clients industriels et aux particuliers.

3. Les avantages et les risques liés à la production décentralisée d’électricité

Pour devenir profitables, les énergies renouvelables doivent atteindre une taille critique et donc un développement permettant d’atteindre l’échelle industrielle. L’attrait des solutions permettano de gérer la demande énergétique augmente à mesure que la production devient de plus en plus variable : les innovations gagnantes relèvent donc aussi du domaine de la relation client.

Le profil de risque des projets énergétiques dépend fortement des politiques menées par les pouvoirs publics. Les réglementations visant à réduire ou à éliminer les risques de marchés ne créent pas les conditions les plus favorables à l’investissement, car elles introduisent en réalité des risques politiques plus importants et moins identifiables. Plus appropriés sont les cadres réglementaires flexibles qui s’accompagnent de champs d’application ciblés et de règles de révision prévisibles.

Michael Bret, directeur de la recherche thématique chez AXA IM, indique : « De nombreux mouvements de fond ont bouleversé le paysage énergétique durant la dernière décennie, tant du côté de la production que de la consommation. Les lignes bougent encore et nous nous attendons à des surprises concernant les tendances annoncées, au sujet par exemple des huiles de schiste, du charbon, du nucléaire et du marché du carbone. Explorer les tendances de long terme de l’énergie nous permet d’identifier de forts potentiels de croissance et de saisir les opportunités lorsque les évolutions des marchés ne sont pas en phase avec les cycles technologiques et les risques réglementaires. Nous sommes ainsi en mesure de construire des protections contre les risques extrêmes et des outils permettant d’ajuster rapidement le portefeuille en cas de fluctuation des prix des matières premières. Nos conclusions aident les clients exposés à des risques spécifiques du secteur de l’énergie à identifier les interdépendances et à mettre au point des stratégies de décorrélation. »

Eric Chaney, Directeur de la Recherche d’AXA IM et Chef économiste du Groupe AXA, commente: « L’énergie est l’un des thèmes qui comptent pour la quasi-totalité des investisseurs, des ‘short sellers’ aux ‘long only’, des acheteurs de stratégies de couverture aux investisseurs à long terme comme les fondations ou les fonds souverains. Mais l’énergie est aussi un domaine plein d’embuches car il a de multiples dimensions (économiques, politiques, technologiques, modèles commerciaux, régulation) et son analyse est encombrée de beaucoup d’idées reçues. L’un des principaux mérites du travail de Michael et de ses collègues est d’aider les décideurs en matière d’investissement à se forger leur propre paradigme dans le domaine de l’énergie. Il a également la qualité de mettre en cause certains mythes populaires, comme la théorie du pic de production de pétrole, la ‘révolution’ du gaz de schiste, l’option de taxer le carbone, ou le découplage des prix du pétrole et du gaz naturel. »

Le prochain sujet traité par la recherche thématique d’AXA IM sera le vieillissement de la population et ses conséquences pour la croissance, l’offre d’épargne et la demande d’actifs financiers et réels.

Source: AXA

Articles similaires

La tendance s’inverse et les ETPs sur les matières premières regagnent l’intérêt des investisseurs ETFSecurities

1admin

Regain d’intérêt pour les matières premières, notamment pour les métaux cycliques

1admin

En 2013 les ETPs sur matières premières ont connu une baisse record. Cette chute s’explique principalement par la baisse d’intérêt des investisseurs pour l’or.

Falco64