ETFWorld.fr
Treiber Lidia Wisdomtree ETF

WisdomTree : L’innovation est la devise des ETF à revenus fixes

WisdomTree : Ces dernières années, la fortune a réservé différentes choses aux ETF dans le domaine des titres à revenus fixes.

Inscrivez-vous pour recevoir les Newsletters gratuites de ETFWorld.fr


Par Lidia Treiber, Director, Research, WisdomTree


L’année 2019 a marqué un tournant :

Les flux ont atteint de nouveaux sommets historiques lorsque les investisseurs ont commencé à transférer leurs allocations vers les ETF. Bien que la majorité des actifs dans le monde des titres à revenu fixe soient toujours gérés dans des fonds actifs, les ETF ont permis aux fournisseurs d’innover dans le domaine des titres à revenu fixe et cette tendance a peu de chances de s’inverser.

Grâce au format de l’ETF, des catégories d’actifs autrefois difficiles d’accès sont aujourd’hui plus accessibles que jamais. Mais le format fournit également les éléments de base dont les investisseurs ont besoin pour constituer des portefeuilles diversifiés dans le contexte d’un instrument transparent et facilement négociable.

Les ETF offrent aux investisseurs le format sans doute le plus innovant et le plus efficace pour les produits à revenus fixes. Comme les ETF peuvent accepter des obligations comme  » rémunération en nature « , les frais de négociation sont réduits du fait qu’il n’est pas nécessaire d’acheter ou de vendre des obligations sous-jacentes sur le marché à chaque fois qu’un ordre est reçu. Cette situation, ainsi que l’effet d’un marché secondaire où les investisseurs bénéficient de deux niveaux de liquidité sans avoir à être actifs sur le marché primaire pour le faire, met en évidence certaines des caractéristiques avantageuses des ETF obligataires. Mais un manque d’innovation pourrait-il arrêter l’utilisation croissante des ETF à revenus fixes ?

Si le format de l’ETF a encouragé l’innovation, les titres à revenus fixes eux-mêmes ne sont généralement pas considérés comme une classe d’actifs innovante. Toutefois, la pandémie COVID 19 a donné naissance à une nouvelle classe d’actifs à revenu fixe, les obligations de l’UE. Ils sont conçus pour aider à combattre le virus et à stimuler la reprise économique dans la zone euro. L’émission prévue d’obligations de l’Union européenne fera de l’UE le deuxième plus grand émetteur noté AAA en Europe, transformant ainsi l’espace supranational.

Les investisseurs ont pu s’exposer à tout le spectre de la classe d’actifs à revenus fixes en utilisant les ETF, mais seul un nombre limité d’entre eux ont l’intention d’augmenter leurs allocations de revenus fixes au cours des 12 prochains mois[1]. Malgré le glissement vers les ETF à revenu fixe qui s’est produit ces dernières années, moins de 15 %[2] des investisseurs considèrent activement les ETF comme un instrument d’allocation de titres à revenus fixes. L’utilisation des ETF à revenus fixes a-t-elle donc atteint un sommet et faut-il continuer à innover pour stimuler la croissance ?

Ces dernières années, des instruments à ouverture multiple ont fait leur apparition en Europe – des possibilités d’exposition à faible coût aux obligations AT1 CoCo[3] aux bons du Trésor américain à taux variable. Le marché obligataire évolue, de nouvelles classes d’actifs se forment et le comportement des investisseurs se déplace vers des options environnementales, sociales et de gouvernance (ESG). Il est probable que les ETF suivront cette évolution et donneront accès au marché à ces nouvelles catégories d’actifs. En même temps, cependant, en encourageant les pratiques ESG parmi les émetteurs d’obligations, ils apporteront également de l’innovation dans les classes d’actifs existantes. Dans le cas des obligations de l’UE, toutes les obligations émises dans le cadre du programme SURE[4] relèvent des obligations sociales et certaines des obligations émises dans le cadre de l’initiative NextGenerationEU pourraient relever des obligations sociales ou environnementales[5].

Malgré l’évolution des titres à revenus fixes, la majorité des actifs à revenus fixes restent dans les indices pondérés par la capitalisation boursière, qui offrent aux investisseurs une exposition au bêta pur. Plus de la moitié (53 %)[6] des conseillers financiers européens utilisent les ETF sur obligations pour réduire le coût global d’un portefeuille. L’avantage en termes de coûts des ETF est débattu depuis longtemps, mais cela ne devrait pas avoir d’impact négatif sur les performances – et c’est là que l’innovation peut nous mener plus loin.

Sur les marchés actuels des titres à revenus fixes, il reste extrêmement difficile pour les investisseurs de maintenir un équilibre approprié entre le risque et le rendement. Dans un environnement de taux d’intérêt plus normal, les positions obligataires de base d’un investisseur pourraient générer des revenus de manière fiable et contribuer à atténuer la volatilité émanant d’autres classes d’actifs plus risqués. Comme de nombreux investisseurs suivent souvent les indices de référence pondérés en fonction de la capitalisation boursière, les rendements de leurs expositions ont généralement baissé au fil des ans. Une telle baisse de rendement s’accompagne souvent d’une perte de la capacité à générer des rendements adéquats à partir des portefeuilles d’obligations de base. Des solutions innovantes, telles que des indices avec un mécanisme d’optimisation des rendements, peuvent optimiser les rendements tout en alignant le risque sur un indice de référence connu. C’est là qu’interviennent les ETF bêta intelligents.

Les ETF smart beta représentent environ 3 %[7] des actifs investis dans les ETF à revenus fixes basés en Europe.

Après avoir initialement piqué la curiosité des investisseurs, les produits smart-beta ont connu une année 2019 difficile, les capitaux ayant été injectés dans des stratégies ETF actives et pondérées en fonction de la capitalisation boursière. La situation a quelque peu changé en 2020, lorsque plus de deux fois plus de capitaux ont été injectés dans les ETF smart beta que dans les stratégies actives des ETF. Ces solutions innovantes sont souvent passées inaperçues, mais elles peuvent offrir l’équilibre entre le rendement et la rentabilité que recherchent les investisseurs.

Nos recherches montrent que 31%[8] des allocations aux ETF à revenus fixes sont faites par des conseillers européens sur le marché du haut rendement, mais un indice avec un mécanisme d’amélioration du rendement pourrait s’avérer un outil utile pour accéder au marché du haut rendement. Certains ETF smart beta offrent des moyens de filtrer l’univers des obligations à haut rendement afin d’exclure les entreprises ayant les plus faibles notations de crédit qui pourraient être plus susceptibles de faire défaut. L’utilisation des ETF smart beta à revenus fixes est encore très faible, mais les innovations que les investisseurs recherchent peuvent être à portée de main – ou existent déjà.


1 Source: CoreData, WisdomTree Pan European Adviser Study 2020

2 Source: CoreData, WisdomTree Pan European Adviser Study 2020

3 Source: AT1 CoCos refers to Additional Tier 1 Contingent Convertible Bonds

4 SURE refers to the Support to mitigate Unemployment Risks in an Emergency programme.

5 European Commission official website

6 Source: CoreData, WisdomTree Pan European Adviser Study 2020

7 Morningstar, as of 31 December 2020

8 Source: CoreData, WisdomTree Pan European Adviser Study 2020

Source: ETFWorld.fr

Articles similaires

SPDR Strategy Espresso: Le crédit ESG IG américain

Redaction

21Shares franchi le cap des 500 millions de Dollars d’Actifs sous Gestion

Redaction

SPDR Strategy Espresso: Investir dans les Infrastructures dans un contexte de marché incertain

Redaction